Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Nordahl Lelandais

Meurtre d'Arthur Noyer : Nordahl Lelandais reconnaît avoir pris le jeune caporal en stop

vendredi 9 mars 2018 à 9:05 Par Xavier Demagny, France Bleu Berry, France Bleu Besançon, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Mis en examen pour l'assassinat du jeune militaire, Nordahl Lelandais a avoué avoir pris en stop le caporal Arthur Noyer, disparu depuis le mois d'avril 2017 à Chambéry (Savoie). Il affirme l'avoir "déposé un peu plus loin" et nie toujours l'avoir tué.

Le caporal Arthur Noyer à gauche, disparu depuis avril 2017, et Nordahl Lelandais, à droite, mis en examen pour son assassinat.
Le caporal Arthur Noyer à gauche, disparu depuis avril 2017, et Nordahl Lelandais, à droite, mis en examen pour son assassinat. -

Chambéry, France

Nordahl Lelandais, mis en examen en décembre pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer, a avoué avoir pris en stop le militaire de 23 ans le soir de sa disparition en avril dernier à Chambéry (Savoie). Il affirme toutefois l'avoir "déposé un peu plus loin". 

Il reconnaît l'avoir pris en stop 

Ces déclarations ont été faites par Nordahl Lelandais devant la juge d'instruction de Chambéry chargée de l'affaire Noyer, lors de son audition le 5 février

Mais selon les informations recueillies par France Bleu Pays de Savoie, Nordahl Lelandais "n'aurait pas dit les choses aussi clairement". Toutefois, l'Agence France Presse et plusieurs de nos confrères affirment qu'il aurait bien reconnu la présence du jeune homme dans sa voiture, l'avoir pris en stop, mais l'avoir déposé là où il voulait être transporté

Le palais de justice de Chambéry.  - Maxppp
Le palais de justice de Chambéry. © Maxppp -

C'est dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 que les deux hommes se sont a priori croisés, dans le centre-ville de Chambéry, après une soirée en boîte de nuit. Les téléphones portables de Lelandais et d'Arthur Noyer avaient déclenché plusieurs bornes relais en même temps, jusqu'à une zone proche du lieu où ont été retrouvés les restes de la victime.

En septembre, le crâne du caporal Noyer avait été découvert, identifié formellement en décembre comme étant celui du jeune militaire. C'est depuis le 20 décembre que Nordahl Lelandais est mis en examen pour l'assassinat d'Arthur Noyer

Pas de commentaires des avocats

Contacté par France Bleu Isère, Bernard Boulloud, l'avocat des parents d'Arthur Noyer, se refuse à tout commentaire : "Je ne commente que les informations données par la justice", expliquant également que ni lui ni ses clients ne souhaitaient s'exprimer pour le moment. Alain Jakubowicz, l'avocat de Nordahl Lelandais ne confirme pas cette information.

En février, les parents d'Arthur Noyer avaient réclamé la vérité

En février, les parents d'Arthur Noyer avaient lancé un appel au mis en cause pour lui réclamer la vérité sur la mort de leur fils, quelques jours après l'aveu de Nordahl Lelandais dans l'affaire Maëlys. 

Acculé par des éléments matériels accablants, il avait en effet avoué avoir tué "involontairement" la petite fille de 9 ans, fin août 2017, et avait guidé les enquêteurs sur le lieu où il avait déposé le corps. Jeudi, devant la presse, les parents de la fillette et leur avocat ont dénoncé "la prise d'otage" que leur inflige Nordahl Lelandais en ne donnant pas plus d'explications sur la mort de leur enfant. 

En savoir plus