Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Nos enfants ne sont plus en sécurité" alerte la maman de Dramane, agressé violemment à Saint-Michel-sur-Orge

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Lors d’un rassemblement pour Dramane devant le lycée Léonard de Vinci à Saint-Michel-sur-Orge, ce lundi, la maman de l’adolescent violemment agressé à coup de marteau vendredi midi, a appelé la justice à condamner les jeunes membres de bandes.

Lors d'un rassemblement, la mère de Dramane prend la parole après l'agression très violente de son fils devant le lycée de Saint-Michel-sur-Orge.
Lors d'un rassemblement, la mère de Dramane prend la parole après l'agression très violente de son fils devant le lycée de Saint-Michel-sur-Orge. © Radio France - Faustine Mauerhan

"C’est dur, c’est très dur", a réussi à témoigner la maman de Dramane ce lundi matin devant plusieurs centaines de parents et élèves du lycée Léonard de Vinci à Saint-Michel-sur-Orge. Les élus locaux et le "collectif des Parents cœur d'Essonne" organisaient un rassemblement pour son fils de 15 ans, toujours inconscient, trois jours après son agression devant les grilles de l’établissement. "Au mauvais endroit, au mauvais moment", explique la famille, Dramane a été frappé à la tête à coup de marteau, au milieu d’une rixe entre deux bandes rivales de Saint-Michel-sur-Orge et Sainte-Geneviève-des-Bois, la commune voisine. Il souffre d’un traumatisme crânien et a été plongé dans un coma artificiel par les médecins. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Nos enfants ne sont plus en sécurité quand ils vont au lycée, alerte la maman. Ce n’est pas normal". Dans la foule, les adolescents hochent la tête. "Quand je marche pour aller à l’école, je ne me sens pas bien, ça pourrait arriver à n’importe qui", confirme Hadiatou, élève de terminale. "Je suis totalement d’accord avec sa mère, on est obligé de regarder derrière nous, faire attention, ne pas se retrouver coincé dans une bagarre alors qu’on devrait venir là pour étudier, préparer nos épreuves du bac. Je ne comprends pas pourquoi on réagit que maintenant", conclut l’adolescente.

La famille de Dramane réclame du concret

Car en effet, le phénomène des rixes "est connu dans le département et personne ne fait rien", abonde Awa, une cousine de l’adolescent. La jeune femme qui tente d’être forte pour représenter la famille voit pourtant des solutions concrètes pour en finir avec ces violences. "Il faut que l’argent de l’Etat, les allocations que touchent les familles servent à l’éducation des enfants, à acheter des fournitures scolaires, à les inscrire à des activités. Tout pour les sortir de la délinquance", martèle-t-elle. 

De même, "les lycées ne devraient pas avoir le droit d’expulser les élèves difficiles. C’est les envoyer dans la rue, là où ils font des bêtises", regrette la cousine de Dramane, qui finit par fondre en larmes, très émue, comme tous ici.

Deux adolescents interpellés

Du côté de l'enquête, deux jeunes hommes ont été interpellés mardi. Ils seraient l'auteur des coups de marteau et l'auteur d'un coup de pied à la tête, selon une source proche du dossier. "Les vidéos du lynchage montrent clairement apparaître plus de deux individus, nous attendons que l'enquête puisse identifier les autres auteurs", explique de son côté, l'avocat de la famille de la victime, Me Avi Bitton.

Les rixes entre bandes de jeunes rivales, aux affrontements fréquents mais rarement mortels, touchent beaucoup l'Île-de-France et particulièrement le département de l'Essonne, où deux jeunes avaient été tués en moins de 24 heures lors de deux rixes distinctes en février.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess