Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Notre-Dame de Paris : trois mois après l'incendie le "risque est toujours réel que la voûte s'effondre"

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Lundi 15 juillet marque les trois mois de l'incendie de Notre-Dame de Paris. Le chantier pour renforcer le monument reste colossal.

Notre-Dame de Paris le 9 juillet 2019
Notre-Dame de Paris le 9 juillet 2019 © AFP - BERTRAND GUAY

Paris, France

"Le risque est toujours réel que la voûte s'effondre". Trois mois après l'incendie, Jean-Michel Loyer-Hascoët, de la direction générale des patrimoines au ministère de la Culture, dresse un bilan des travaux menés depuis le drame. "C'est pour cela qu'on ne peut pas circuler ni dans la nef, ni dans le transept, ni dans le chœur, seulement dans les bas-côtés", précise-t-il.   

Une centaine d'ouvriers sur le chantier

L'heure est donc toujours à la sécurisation du site, avec d'une part, l'installation de cintres pour solidifier les arc-boutants et d'autre part, le déblayage au moyen de robots des gravats présents dans la nef. Ces travaux sont menés par les équipes qui œuvraient déjà à la restauration de la cathédrale avant l'incendie, auxquels s'ajoutent d'autres corps de métier spécialisés. Au total, "une centaine de personnes" sont à pied d'oeuvre chaque jour pour sécuriser le site. 

Le processus devrait durer jusqu'à l'automne, puisqu'il faut aussi installer un plancher sous et sur la voûte et démonter l'échafaudage de la flèche. Cette opération est "extrêmement délicate : il suffit qu'un morceau tombe sur la voûte pour entraîner un autre morceau de voûte", souligne Jean-Michel Loyer-Hascoët.