Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes : la gendarmerie annonce une pause dans les destructions

jeudi 12 avril 2018 à 11:09 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Au quatrième jour de l'opération de gendarmerie sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, les forces de l'ordre ne procèdent, ce jeudi matin, à aucune destruction de lieux de vie ou expulsions d'"occupants illégaux". La gendarmerie nationale évoque des "opérations de déblaiement".

Les gendarmes mobiles sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, le 11 avril 2018
Les gendarmes mobiles sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, le 11 avril 2018 © Maxppp - Olivier Lanrivain

Notre-Dame-des-Landes, France

Après une journée de mercredi marquée par une hausse du degré de violence dans les affrontements entre gendarmes mobiles et zadistes à Notre-Dame-des-Landes et la poursuite des destructions de cabanes et lieux de vie sur la ZAD ("zone à défendre"), la gendarmerie annonce "des opérations de déblaiement" ce jeudi matin sur la zone. Cela signifie qu'il n'y a pas de "déconstructions de squats", explique une source proche des forces de l'ordre, "pas d'expulsions" non plus. Le porte-parole du ministère de l'intérieur, Frédéric de la Nouvelle, précise qu'il n'est "pas possible de parler de fin de l'opération pour l'instant" pour autant.

Les accès routiers vers l'ancienne "zone d'aménagement différé", rebaptisée "zone à défendre" par les opposants au projet d'aéroport abandonné en janvier, sont fermés à la circulation depuis jeudi matin très tôt. Il s'agit de permettre aux escadrons de gendarmes mobiles présents sur la zone de sécuriser le déblaiement des "squats" détruits depuis lundi matin, selon la gendarmerie.