Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Nous n'avons rien à voir avec l'extrême-droite" : Julien Leonardelli (RN) répond à Carole Delga

-
Par , France Bleu Occitanie

Le conseiller régional en Occitanie et secrétaire départemental du Rassemblement National en Haute-Garonne Julien Leonardelli répond à la présidente de région Carole Delga suite à l'intrusion de militants d'extrême-droite à l'Hôtel de région d'Occitanie.

Julien Leonardelli sur France Bleu Occitanie (archive)
Julien Leonardelli sur France Bleu Occitanie (archive) © Radio France - FBO

Après l'intrusion de militants d'extrême-droite au sein de l'Hôtel de région d'Occitanie ce jeudi 25 mars à Toulouse, le Rassemblement National sort du bois. Accusé par la présidente de région Carole Delga de complicité avec Action Française, le groupuscule d'extrême-droite à l'origine des débordements, plusieurs membres du parti montent maintenant au créneau.  

"La violence n'a pas sa place en démocratie"

La sortie médiatique de Carole Delga n'est pas du goût de Julien Leonardelli, le secrétaire départemental du Rassemblement National en Haute-Garonne. Egalement conseiller régional, il n'était pas à l'Hôtel de région lors de l'intrusion ce jeudi. Ce qui ne l'empêche pas pour autant de condamner l'action menée par Action Française, "comme bon nombre de ses confrères". 

En plus de cela, Julien Leonardelli condamne fermement "l'amalgame qui est fait par Carole Delga enre mon parti et ces groupes d'extrême-droite. Nous n'avons rien à voir avec l'extrême-droite" assure t-il. "La gauche et Carole Delga nous tirent systématiquement dessus"

Pour lui, aucun lien à voir avec ces groupuscules. 

La présidente de région Carole Delga a porté plainte. Les deux hommes interpellés ce jeudi par la police ont été entendus et sont ressortis libres. L'enquête se poursuit. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess