Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"ça n'aurait pas dû arriver": les parents de Fatima, 6 ans, tuée aux Ondines, portent plainte contre la mairie de Changé

vendredi 15 juin 2018 à 5:46 Par Stéphanie Denevault, France Bleu Mayenne

Ils sont dévastés, se sentent abandonnés et veulent surtout des réponses. Pour eux, s'il y avait un risque, si des arbres étaient fragiles et que des orages étaient prévus, la mairie de Changé aurait dû prendre des mesures. Ils ont porté plainte au Commissariat.

Ayten, la maman, Abulfaz, 3 ans, Samur, le papa, qui tient la photo de Fatima, et Anar, 2 ans
Ayten, la maman, Abulfaz, 3 ans, Samur, le papa, qui tient la photo de Fatima, et Anar, 2 ans © Radio France - Stéphanie Denevault

Changé, France

Ce sont des parents éplorés mais dignes qui nous reçoivent dans l'appartement familial du quartier de la Dacterie à Laval. Sur la table de la salle à manger, il y a des gâteaux et du thé, et quelques bonbons en papillote. Personne n'y touche à part les deux petits, Anar et Abulfaz, qui du haut de leurs 2 et 3 ans, ne doivent pas comprendre tout ce qui se passe autour d'eux. Mais ces deux petits voient bien que leurs parents ont du chagrin. Des parents qui vivent l'enfer, ils ont vu leur fille de 6 ans mourir sous leurs yeux le soir du 26 mai. En larmes, Ayten, la maman, raconte ce qui s'est passé le jour du drame : " Les enfants étaient en train de jouer tranquillement, on a vu le ciel devenir noir, on s’est mis à courir vers la voiture. Fatima, elle était à côté de moi, j’ai vu l’arbre se casser, mais j’ai cru qu’il était tombé à côté de nous. Quand j’ai tourné la tête, j’ai vu qu’il était tombé sur Fatima, ma fille était par terre, elle saignait du nez, de la bouche, des oreilles, il y avait du sang partout. Elle était là devant moi, en train de mourir…" La famille a l'habitude de sortir le week-end dans les parcs et jardins de l'agglomération. Profiter du grand air, quand on vit enfermé dans un appartement toute la semaine et surtout quand on a 3 enfants de 2, 3 et 6 ans. Ayten sort les photos de classe de sa fille, Fatima, on découvre une fillette avec un grand sourire, avec des couettes, des grandes lunettes. La maman caresse la photo, tendrement, les petits frères de Fatima se collent à leur maman : " Fatima, c’était une super petite fille, elle était très gentille, elle aimait la vie, elle s’entendait bien avec les autres enfants. Ça se passait bien à l’école, elle était en CP , elle faisait ses devoirs avec nous, elle nous aidait à parler français, elle corrigeait nos erreurs. C’était une petite fille adorable. Elle était tout pour moi Fatima, on ne pouvait pas être loin l’une de l’autre trop longtemps". Ayten et son mari Samur sont arrivés en France en 2014 en provenance d'Azerbaïdjan, ancienne république soviétique. Samur travaille, Ayten est maman au foyer. Le couple comprend le français mais ne le parle pas bien.

Je donnerais tout pour qu'elle revienne -Ayten, la maman de Fatima

Se remettre d'un tel drame, impossible, les corps sont là, mais les regards sont vides. Ayten est sous calmant depuis le drame "Je ne vis pas…Fatima me manque trop, je donnerais tout pour qu’elle revienne, je n’arrive pas à dormir, dès que je ferme les yeux, je vois son visage, je l’ai perdue devant mes yeux, je l’ai vue souffrir devant mes yeux, ça, je n’arrive pas à l’oublier." Cette maman est un vrai zombie, elle n'arrive pas à s'occuper de ses deux petits garçons. Alors c'est le papa qui tente de ne pas s'écrouler, mais il va devoir reprendre son travail. Il aimerait faire venir sa mère en France pour épauler son épouse : "Personne n’est venu nous voir. Si on était d’origine française, est-ce que ça serait différent ? mais on est Français, on vit ici, on a des papiers, on se sent vraiment abandonné par les autorités. On a l’impression que pour tout le monde c’était un accident et c’est fini, ben non, notre fille, elle est morte. Si j’avais su qu’il y avait un danger, si on avait été informé, on n’y serait pas allé dans le parc des Ondines."

Plainte déposée contre la mairie de Changé

Le couple s'est rendu au Commissariat de Laval cette semaine pour porter plainte, car pour Samur, "C’était à la mairie de prendre des mesures, d’informer les visiteurs, ou même de fermer le parc. S’il y a un risque dans un lieu public, c’est à la mairie de protéger les visiteurs. Comme c’était ouvert, je ne me suis pas dit qu’il y avait un danger, je voulais juste profiter du parc avec ma famille comme les autres gens qui étaient là. On a porté plainte contre la mairie car ça pourrait arriver à d’autres gens. Il faut que la mairie reconnaisse sa responsabilité, et que des mesures soient prises pour qu'un tel drame n'arrive plus jamais.".