Faits divers – Justice

Nouveau-nés morts à Chambéry : une nouvelle bactérie identifiée et reconnue par la science

Par Denis Souilla, France Bleu Pays de Savoie mardi 17 mars 2015 à 20:54

Bactérie. (illustration)
Bactérie. (illustration) © Pixabay - geralt

La mystérieuse bactérie à l'origine de trois décès de nouveau-nés à l’hôpital de Chambéry en décembre 2013 est désormais connue : la Rouxiella chamberiensis. L’équipe de l’Institut Pasteur de Paris a réussi à identifier le germe et vient de publier ses travaux dans la revue scientifique International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology.

Elle n'avait pas de nom. On en sait désormais un peu plus sur la bactérie impliquée dans le décès de trois nouveau-nés à l’hôpital de Chambéry en décembre 2013. Des scientifiques de l’Institut Pasteur à Paris ont identifié et nommé le germe d'un nouveau genre : Rouxiella Chamberiensis (ce dernier terme faisant référence à Chambéry, ndlr).

Reste à établir des scénarii de contamination

La bactérie responsable du décès de trois nourrissons à l'hôpital de Chambéry en décembre 2013 est officiellement reconnue par la communauté scientifique. A la suite d'un long processus, elle a été identifiée et baptisée par les scientifiques de l'Institut Pasteur à Paris. Elle s'appelle Rouxiella Chamberiensis , en référence à Émile Roux, un collaborateur de Pasteur et à la ville, lieu de l'apparition de cette nouvelle bactérie. C'est une bactérie d'un nouveau genre et c'est plutôt rare d'en identifir une. On estime que cela arrive tous les deux ou trois ans. Les scientifiques à l'origine de la découverte ont publié ses travaux dans la revue scientifique International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology .

Maintenant que le genre de cette bactérie est identifié, on sait aussi qu'elle est sensible aux antibiotiques , on peut donc en guérir. Reste maintenant à établir le scénario de contamination des poches de nutrition, de comprendre d'où provient cette bactérie et quel est son mode d'action. Anne Le Flèche, responsable du pole d'identification bactérienne à l'Institut Pasteur explique que cette nouvelle bactérie est "mise à disposition de la communauté scientifique et médicale. (...) D'autres chercheurs pourront travailler sur la bactérie. Maintenant, le problème est d'établir un scénario des contamination des poches de nutrition (en 2013, à l'hôpital de Chambéry)".

 

►►► ALLER PLUS LOIN  |  Nouveaux-nés de Chambéry : la ministre Marisol Touraine veut faire "toute la lumière"

Anne Le Flèche, responsable du pole d'identification bactérienne à l'Institut Pasteur. (Anabelle Gallotti)