Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nouveau report pour le procès en appel de Kamel Daoudi, plus ancien assigné à résidence de France

L'audience de Kamel Daoudi, le plus ancien assigné à résidence de France, prévue devant la cour d'appel de Riom ce mercredi 24 février est finalement reportée. En octobre dernier, il avait été condamné à un an de prison ferme pour ne pas avoir respecté les conditions de son assignation.

L'audience prévue de mercredi devant la cour d'appel de Riom a été reportée.
L'audience prévue de mercredi devant la cour d'appel de Riom a été reportée. © Maxppp - Yves Salvat

Le 3 février dernier, la cour d'appel de Riom dans le Puy-de-Dôme décidait de la remise en liberté de Kamel Daoudi, le plus ancien assigné à résidence de France, ainsi que d'une nouvelle audience prévue ce mercredi 24 février, une audience finalement reportée au 7 avril selon Amnesty International. Kamel Daoudi est bien présent ce mercredi à Riom, selon son conseil, maitre Emmanuel Daoud, qui précise que ce report intervient à la demande de ses avocats mais également de la cour. 

Condamné en 2006 pour terrorisme et déchu de sa nationalité française, Kamel Daoudi est assigné à résidence depuis 2008, il a été condamné en octobre dernier par le tribunal correctionnel d'Aurillac à un an de prison ferme pour ne pas avoir respecté les conditions de son assignation. Dans sa décision du 3 février, la cour d'appel ne s'est pas prononcée sur le fond de ce dossier mais elle a demandé au ministère public de fournir "des éléments factuels" pour appuyer l'assignation à résidence de Kamel Daoudi. Des éléments et pièces justificatives de sa dangerosité ne semblent pas avoir été présentées, ce qui justifie ce report. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess