Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nouvel accident ferroviaire en gare de Bettembourg, un agent de la SNCF blessé

-
Par , , France Bleu Lorraine Nord

Le 16 octobre, un agent français de la SNCF a été blessé en gare de Bettembourg, dans la collision entre son train de fret et deux wagons de marchandises. En février 2017, non loin de là à Dudelange, un accident du même type avait fait un mort et deux blessés graves. Le même agent avait été touché.

L'accident s'est produit le mardi 16 octobre en gare de Bettembourg (Luxembourg)
L'accident s'est produit le mardi 16 octobre en gare de Bettembourg (Luxembourg) © Maxppp - Pierre Heckler

Moselle, France

On a tous encore en mémoire l'accident de train qui avait fait un mort et deux blessés graves, le 17 février 2017 en gare de Dudelange, de l'autre côté de la frontière française.  Et bien un nouveau drame a été évité de justesse, mardi dernier, le 16 octobre. Vers 21h, au même endroit, un agent de la SNCF qui attendait de pouvoir partir vers Woippy avec son train de fret, a vu deux wagons chargés de marchandises rouler vers lui. Ces voitures étaient en attente de triage. La collision était inévitable : l'agent s'est réfugié à l'arrière de sa cabine. Il a été légèrement blessé, mais bénéficie de quinze jours d'interruption totale de travail (ITT). 

Ironie du sort, c'est ce même agent qui avait déjà été blessé en 2017, lors du premier accident ferroviaire, à quelques centaines de mètres de là.

Erreur humaine

A l'origine de l'accident de mardi dernier, une probable erreur d'aiguillage. Donc humaine. En tout cas, les Chemins de Fer Luxembourgeois (CFL) excluent la piste de la panne technique. Une théorie défendue également par les cheminots français.

En revanche, les syndicats de la SNCF dénoncent l'amateurisme des CFL. C'est Sud Rail qui a révélé, ce lundi, l'accident dans un communiqué de presse.

"Cet accident _ne peut pas arriver sur le réseau français_, parce qu'il y a des systèmes de sécurité, témoigne un membre du syndicat Sud Rail qui tient à rester anonyme. S'il y a une erreur d'aiguillage, le wagon ne peut pas se retrouver nez à nez avec une locomotive. Alors que sur le réseau luxembourgeois, ce n'est pas prévu comme ça. On attend qu'il y ait un accident pour prendre des mesures."

Silence des autorités

Dimitri Schumacher, de la CGT cheminots, va encore plus loin : il dénonce le silence de la SNCF après cet accident, même si elle en reconnaît la gravité : "Non seulement on a la trouille, mais en plus, le fait que les informations n'arrivent pas, qu'on apprenne cet accident par un syndicat ou les médias, ça empire le fait d'aller travailler sans être serein, à chaque fois qu'on passe la frontière."

Personne n'est objectif quand on parle de la frontière. Dimitri Schumacher, CGT cheminots

Un Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) est prévu à la SNCF Fret le 30 octobre prochain. Parmi les points soulevés, la prise en charge du cheminot français blessé : il avait dû appeler un de ses cadres, qui était allé le récupérer à la gare de Bettembourg afin de le conduire à l'hôpital Bel Air de Thionville.