Faits divers – Justice

Nouvelle activité dans le centre de Châteauroux : une agence de sécurité s'installe rue du général Bertrand

Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry lundi 17 octobre 2016 à 18:12

Depuis 2000, le nombre d'agents employés dans des sociétés de sécurité a augmenté de 30% (photo d'illustration).
Depuis 2000, le nombre d'agents employés dans des sociétés de sécurité a augmenté de 30% (photo d'illustration). © Maxppp - PQR

Deux Ailes Sécurité, c'est le nom de cette nouvelle agence qui compte pour l'heure six salariés. Espérant profiter du climat actuel, le patron envisage d'embaucher une trentaine d'agents d'ici l'été prochain.

En vous promenant dans le centre-ville de Châteauroux, vous remarquerez sûrement cette nouvelle vitrine rue du général Bertrand. Il ne s'agit pas d'un nouveau magasin de vêtements mais d'une agence de sécurité, Deux Ailes Sécurité. Son directeur, Laurent Hamonier, affiche son ambition : embaucher "une trentaine d'agents d'ici six à huit mois".

Un contexte porteur

Du haut de son expérience, une quinzaine d'années de métier, Laurent Hamonier estime que le contexte de menace terroriste est porteur pour le secteur. Il en veut pour preuve les demandes de devis qui affluent auprès de sa société, y compris pour des petites manifestations de quartier : "les demandes sont nombreuses. Il y a des brocantes qui demandent parce que les préfectures leur imposent" [la présence d'agents de sécurité].

L'agence a ouvert ses portes en plein centre-ville de Châteauroux. A droite, le directeur Laurent Hamonier. - Radio France
L'agence a ouvert ses portes en plein centre-ville de Châteauroux. A droite, le directeur Laurent Hamonier. © Radio France - Sarah Tuchscherer

Des annulations compensées par les manifestations maintenues

Le service a néanmoins un coût (comptez 700 euros pour deux agents disponibles pendant une journée), qui fait renoncer certains organisateurs d'événements. Pour autant, Laurent Hamonier croit en la réussite de son affaire, selon lui les annulations sont compensées par le renforcement des dispositifs encadrant les événements qui sont maintenus. Le festival Reggae Temple à Issoudun a par exemple doublé son nombre de vigiles après les attentats de Paris.

Partager sur :