Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nouvelle enquête pour des violences sur un prévenu au TGI de Paris

mardi 24 juillet 2018 à 15:56 Par Benjamin Billot et Sylvie Charbonnier, France Bleu Paris et France Bleu

L'IGPN a ouvert une nouvelle enquête pour des violences sur un prévenu au Tribunal de Grande Instance de Paris, une semaine après la mise en examen d'un policier stagiaire qui avait été filmé en train de frapper un détenu.

Le Tribunal de Grande Instance de Paris
Le Tribunal de Grande Instance de Paris © Maxppp - Christophe Petit Tesson

Paris, France

Décidément, l'IGPN a beaucoup de travail en ce moment. Une semaine après la mise en examen d'un policier stagiaire qui avait été filmé en train de frapper un détenu dans les locaux du TGI de Paris, la police des polices vient d'ouvrir une nouvelle enquête. Une nouvelle fois sur des faits de maltraitances, une nouvelle fois au TGI de Paris

En sang dans la salle d'audience

Un prévenu de 18 ans se plaint d'avoir été frappé par un policier à coup de poings, dans les toilettes du Tribunal, un endroit où ne se trouve aucune caméra de surveillance. Il était poursuivi pour une affaire de vol de porte-feuille. Il est d'abord apparu une première fois devant ses avocats, puis il est envoyé dans la salle d'attente gardée, avant sa comparution devant le Tribunal. Lorsqu'il est amené dans la salle d'audience, il a l'arcade sourcilière ouverte, un gros coquard et le tee-shirt taché de sang.

Le prévenu accuse le policier chargé de sa surveillance de l'avoir frappé dans les toilettes. Le policier lui évoque des faits de rébellion, des gestes violents de la part du prévenu et des menaces de mort. 

Manque de formation ou manque de personnel ? 

Les avocats du jeune homme dénoncent le manque de formation des policiers. Ils affirment qu'ils ne voyaient pas ce genre de violences du temps où les gendarmes étaient affectés au Tribunal (avant le déménagement dans le nouveau bâtiment Porte de Clichy). Du côté du syndicat de police Alliance, on pointe le manque d'effectifs : il manque une centaine de policiers au TGI depuis son déménagement

Le Parquet de Paris a confirmé à France Bleu Paris que deux enquêtes avaient été ouvertes. L'une à l'encontre du prévenu, pour violences volontaires et menaces de mort sur personnes dépositaires de l'autorité publique. L'autre, confiée à l'IGPN, à l'encontre du policier, pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique.