Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki à Besançon

Nouvelle étape dans l'affaire Narumi : des enquêteurs franc-comtois font route pour le Chili

dimanche 14 avril 2019 à 18:59 Par Anne Fauvarque, France Bleu Besançon et France Bleu Belfort-Montbéliard

Une délégation de magistrats et de policiers français est attendue au Chili ce lundi afin de participer mercredi à l'audition du principal suspect dans la disparition de l'étudiante japonaise, Narumi Kurosaki, à Besançon, il y a un peu plus de deux ans.

Etudiante japonaise tuée Narumi Kurosaki, reportage des télévisions nippones à Besançon
Etudiante japonaise tuée Narumi Kurosaki, reportage des télévisions nippones à Besançon © Maxppp - PQR/L'Est républicain

Besançon, France

C'est une nouvelle étape dans l'affaire Narumi. Des enquêteurs francs-comtois font route pour le Chili. Le procureur de Besançon, la juge d'instruction et deux policiers ont décollé ce dimanche, direction Santiago du Chili. 

Le suspect n°1 dans la mort de Narumi interrogé mercredi au Chili

Deux ans après l’assassinat présumé de la jeune étudiante japonaise sur le campus de la Bouloie, l'unique suspect, son ex-petit ami chilien, Nicolas Zepeda-Contreras, doit en effet être interrogé, ce mercredi, par la justice de son pays. Les autorités judiciaires chiliennes ont accepté la demande d'entraide pénale internationale, transmise par le parquet de Besançon. Mais les magistrats et policiers bisontins ne pourront pas interroger Nicolas Zepeda. Par contre, ils assisteront à son audition. Et pourront tout à fait poser des questions par l'intermédiaire du procureur chilien. 

Les médias japonais amers et frustrés, un an après la mystérieuse disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki à Besançon - Radio France
Les médias japonais amers et frustrés, un an après la mystérieuse disparition de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki à Besançon © Radio France - Anne FAUVARQUE

Il faut dire que le parquet de Besançon a très vite eu la certitude que la jeune fille avait été assassinée, par son ex-petit ami. Mais malgré d'importantes recherches, son corps n'a jamais été retrouvé. Le jeune homme, lui, a très vite quitté la France pour le Chili. Le Chili qui a refusé de l'incarcérer à la demande la France, faute de preuves suffisantes. 

Une demande d'extradition pour qu'il puisse être jugé en France

Entendu finalement en février 2017, Nicolas Zepeda a nié toute implication dans la disparition. Cette fois, les autorités chiliennes, qui ont reçu l'intégralité du dossier d'instruction en tout début d'année, ont accepté de l'entendre à nouveau, et en présence d'une délégation bisontine. Objectif pour la justice française : obtenir l'extradition de Nicolas Zepeda.

LIRE AUSSI : Disparition de Narumi : le procureur de Besançon demande une commission rogatoire internationale pour se rendre au Chili