Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Nouvelle passe d’arme judiciaire entre la société Duralex et l'Epora

vendredi 28 septembre 2018 à 17:37 Par Yves Renaud, France Bleu Saint-Étienne Loire

Au centre du différend, le devenir de la friche industrielle de l’ancienne verrerie Duralex à Rive-de-Gier (Loire).

l'ancienne usine Duralex de Rives de gier
l'ancienne usine Duralex de Rives de gier © Radio France - marc vantorhoudt

Rive-de-Gier, France

D’un côté l’Établissement public foncier de l'Ouest Rhône-Alpes (Epora), qui veut racheter le site à l’euro symbolique pour le désindustrialiser et de l’autre le propriétaire qui estime que l’ensemble vaut beaucoup plus qu’un euro. La discussion porte également sur la nécessité ou non de dépolluer le site avant son utilisation pour des constructions civiles : logements, écoles ou sites de loisirs.

L’argent au centre du conflit

Maître Jonathan Azogui, avocat de l’Epora, qui veut donc racheter l’ensemble à l’euro symbolique, explique que les bâtiments sont dans un tel état de délabrement que leur valeur est quasi nulle, ce qui justifie sa demande.  Il ajoute que la suspicion de pollution à l’arsenic, aux hydrocarbures et à l’amiante oblige à prévoir des sommes conséquentes, "sans doute plus de trois millions et demi d’euros", pour dépolluer le site avant d’envisager une autre destination.

"C'est un site pollué. L'Epora évalue à trois millions et demi d'euros, les travaux de dépollution du site, ce qui justifie le prix d'un euro que nous proposons pour le rachat." — Maître Jonathan  Azogui, avocat de l’Établissement public foncier de l'Ouest Rhône-Alpes

L'entrée de l'ancienne usine Duralex  - Radio France
L'entrée de l'ancienne usine Duralex © Radio France - Marc Vantorhoudt

Les bâtiments ont-ils toujours une valeur immobilière ?

Maître Marie Françoise Casadeï, avocate de Duralex, n’est évidemment pas d’accord. "Il y a encore une valeur immobilière pour un certain nombre de bâtiments" et une fois additionné toutes les estimations, elle arrive à un total de "plus de 2,6 millions d'euros". 

Sur la pollution, toujours selon elle,"il n y a pas de souci, tous les éléments présents dans l’usine. Ils ont été rassemblés dans des sacs et contiennent du sable verrier essentiellement et il n y a sans doute que l’amiante qui peut poser question". 

"Un euro, ce n'est pas acceptable au regard de la valeur du site. L'Epora doit payer le prix normal." — Maître Marie Françoise Casadeï, avocate de Duralex

Le tribunal s’est donné jusqu’au 15 octobre pour rendre un avis sur ce conflit, mais il faudra sans doute une nouvelle expertise judiciaire pour mettre tout le monde d’accord.