Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Noyade d'Antonin dans les Vosges : il n'y avait pas d'animateur pour accueillir l'enfant au centre social

mercredi 29 mars 2017 à 17:23 Par Nathalie Broutin, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Il se serait écoulé 21 minutes entre l'arrivée d'Antonin au centre social de Charmes, dans les Vosges, vendredi 24 mars, et la découverte de son corps dans le canal du Battant. Le procureur d' Epinal communique les premiers éléments de l'enquête. Il reste encore un certain nombre d'interrogations.

L'hypothèse de la noyade par accident est priviligiée cinq jours après les faits
L'hypothèse de la noyade par accident est priviligiée cinq jours après les faits © Maxppp - maxpp

Épinal, France

"Comment se fait-il que ce vendredi 24 mars, il n'y avait pas d'animateur périscolaire à l'arrivée de quatre enfants au centre social l'Entre-Rives à Charmes à 15h42 ? " Cette question est l'une de celles que se posent les enquêteurs et le procureur d'Epinal mercredi, cinq jours après les faits. Antonin, 4 ans, a été découvert mort noyé dans l'après-midi dans le canal du Battant à proximité du centre social de Charmes, alors qu'il venait participait à des activités périscolaires. Il portait encore son cartable et son blouson.

Pas d'animateur périscolaire pour accueillir quatre enfants

Si la thèse de l'accident par noyade est privilégiée, le petit ne porte pas de traces de coup ou de violence, il reste un certain nombre d'interrogations. Etienne Manteaux explique que quatre petits, dont la victime, Antonin, sont arrivés d'une école éloignée par taxi dans l'après-midi. A leur arrivée, il n'y a pas d'animateur périscolaire, tous les six sont en chemin, à pied, ils encadrent les enfants d'une école voisine jusqu'au centre.

Une porte qui se ferme et s'ouvre sans dispositif de sécurité renforcé

Autre interrogation du procureur "la fermeture périmétrique" du centre social ou la clôture qui, selon Etienne Manteaux, "ne dispose d'aucun service de sécurité renforcée pour éviter toute sortie d'enfant". "On ne peut pas à cette heure, prévient le magistrat déterminer les conditions exactes dans lesquelles l'enfant est sorti, mais en tout cas, il est sorti c'est une certitude, il a échappé à la vigilance des adultes". "Ce qui est difficile à comprendre", poursuit Etienne Manteaux, " Comment a-t-il pu sortir? Le constat fait par les enquêteurs "c'est que la porte s'ouvre et se referme extrêmement rapidement sans dispositif de sécurité particulière".

A ce jour, ce mercrdi 29 mars, la famille n'a pas porté plainte. Les obsèques d'Antonin s'organisent à Charmes ce jeudi 30 mars.

Le centre social reste fermé pendant plusieurs semaines.