Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Noyade de trois enfants à Chalon-sur-Saône : la ville sous le choc

lundi 9 juillet 2018 à 12:35 - Mis à jour le lundi 9 juillet 2018 à 15:49 Par Philippe Renaud, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Au lendemain du drame qui a coûté la vie à trois frères et sœur à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) à la base de loisirs des Prés Saint-Jean, des roses blanches ont été déposées sur le lieu de la noyade. La ville est sous le choc.

Un bouquet à l'endroit du drame
Un bouquet à l'endroit du drame © Radio France - Thomas Nougaillon

Chalon-sur-Saône, France

Ils avaient 9, 10 et 13 ans, deux frères et une sœur. Au lendemain de leur noyade à la base de loisirs des Prés Saint-Jean, Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) s'est réveillée sous le choc. En particulier ce quartier des Prés Saint-Jean, avec ses barres d'immeuble au pied du lac. C'est un lieu fréquenté par de nombreuses familles, on y croise aussi souvent des pêcheurs.

au bord peu de profondeur, mais à quelques mètres jusqu'à 4m50 - Radio France
au bord peu de profondeur, mais à quelques mètres jusqu'à 4m50 © Radio France - Thomas Nougaillon

Les riverains savent qu'il y est interdit de s'y baigner : sur les deux premiers mètres du rivage, on y distingue le fond, mais ensuite , il y a des fosses de quatre à cinq mètres de profondeur. Ce matin autour de ce lac, il n'y a pas grand monde, quelques promeneurs, des joggeurs et peu de personnes qui souhaitent revenir sur ce drame, tous paraissent dévastés.

Mohamed-Lamine s'est jeté dans l'eau du lac pour tenter de retrouver les petits, il n'a rien pu faire pour les sauver

Dans la matinée, Sophie qui travaille dans la ZAC des Prés Saint-Jean est venue sur le lieu du drame déposer 3 lys blancs.

Le témoignage de Sophie

Sophie est venue se recueillir sur le lieu du drame - Radio France
Sophie est venue se recueillir sur le lieu du drame © Radio France - Thomas Nougaillon

Comme les victimes, qu'il connaissait bien, Mohamed-Lamine, 27 ans, vit dans le quartier des Aubépins. Juste avant le drame il jouait au foot avec le plus grand sur un petit terrain près du lac. Quand il a entendu les cris de la maman, en compagnie d'un ami, il s'est jeté à l'eau pour tenter de les retrouver. Mais il n'a pas réussi. Il n'en a pas dormi de la nuit. "J'ai grandi au bled, face à la mer, j'ai fait de la plongée sous-marine. Mais dans l'eau de ce lac on ne voit rien du tout. L'eau est sale. Je suis descendu tout au fond. J'ai touché le sable et fait des mouvements avec les bras pour tenter de retrouver les enfants. Je n'ai rien trouvé. Mais c'est le destin. Ils sont partis au paradis inch Allah". 

Des copains des victimes se sont également rendus sur place dans la matinée de ce lundi.

Mustapha, Sabyl et Mohamed étaient amis avec les victimes

Des amis des victimes sont venus sur place - Radio France
Des amis des victimes sont venus sur place © Radio France - Thomas Nougaillon

Selon la mairie de Chalon-sur-Saône, le lac des Près Saint-Jean, où se sont noyés les trois enfants, est un lac interdit à la baignade. Christian Belhache magistrat honoraire et ex-Maître Nageur Sauveteur est l'auteur en 1987 du livre "Le droit des baignades". Un pavé de 1 000 pages régulièrement réactualisé avec une 7e édition en cours. Christian Belhache est l'un des spécialistes Français de la réglementation en matière de baignades depuis 30 ans. Il explique cette notion de "baignade interdite". "Si elle est interdite elle doit bien entendu l'être réglementairement. Un arrêté d'interdiction doit être pris et la publicité de cet arrêté fait sur le terrain c'est à dire par la pose de panneaux. Il n'y a pas de nombre de panneaux définis. S'il y a une réglementation claire, visible, le maire a rempli son office municipal et on ne peut à priori rien lui reprocher". 

Christian Belhache est l'un des spécialistes Français du "droit des baignades"

Du côté de l'enquête ce lundi matin, le parquet de Chalon-sur-Saône a précisé que l'enquête se poursuit, quant à la ville, elle ne souhaite pas s'exprimer pour l'heure, pour respecter le deuil immense de la famille.