Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nuits agitées à Bayonne : les effectifs de police sont conséquents selon l'adjoint au maire

-
Par , France Bleu Pays Basque

Suite à la violente agression d'un cafetier bayonnais dans le nuit de jeudi à vendredi, les cafetiers et restaurateurs réclament plus de présence policière. Les mesures nécessaires ont été prises assure Christian Millet Barbé, l'adjoint au maire de Bayonne en charge de la sécurité.

Les forces de l'ordre particulièrement mobilisées sur Bayonne assure l'adjoint au maire en charge de la sécurité
Les forces de l'ordre particulièrement mobilisées sur Bayonne assure l'adjoint au maire en charge de la sécurité © Radio France - Anthony Michel

Les cafetiers et restaurateurs en appellent aux pouvoirs publics suite à l'agression d'un des leurs dans la nuit de jeudi à vendredi dans le Petit Bayonne. Ils réclament de toute urgence plus de moyens. L'adjoint au maire de Bayonne en charge de la sécurité, apporte tout son soutien aux cafetiers et restaurateurs et se veut rassurant 

Christian Millet Barbé assure que les mesures nécessaires sont en place. "On nous parle d'effectifs à mettre sur le terrain, etc. Mais ils y sont aujourd'hui. Par exemple,  la BAC ( brigade anti-criminalité NDLR), la police nationale et municipale qui effectuent des patrouilles sur le terrain régulièrement, et principalement sur le petit Bayonne." Les effectifs tournent autour d'une vingtaine d'agents chaque jour, assure-t-il  "Il ne faut pas surdimensionner. Qu'est ce que ça voudrait dire que de mettre 80 policiers dans ce centre ville? "

L'esplanade Roland Barthes, communément appelée Place verte est le lieu de rendez-vous des jeunes venus faire la fête et des dealers qui effectuent leur trafic à la vue de tous
L'esplanade Roland Barthes, communément appelée Place verte est le lieu de rendez-vous des jeunes venus faire la fête et des dealers qui effectuent leur trafic à la vue de tous © Radio France - Céline Arnal

Dans un premier temps, la ville de Bayonne a coupé l'électricité des compteurs sur l'esplanade Roland Barthes pour que les jeunes ne puissent plus brancher leurs enceintes. Les deux principaux pylônes sont éteints a lumière a été baissé, la pénombre insécurisant. 

Plusieurs raisons à ces débordements 

Selon Christian Millet-Barbé, les faits de violence sont indéniables. Ils se multiplient à Bayonne comme sur l'ensemble de la côte basque. L'élu invoque trois raisons à cette situation : le besoin des jeunes de faire la fête après des mois de confinement, des dealers de drogue installés à la vue de tous sur la place verte et des mineurs non accompagnés, en transit sur Bayonne et qui tombent sous le joug desdits dealers pour la revente.     

Christian Millet - Barbé adjoint au maire de Bayonne en charge de la sécurité

Une situation similaire sur l'ensemble de la côte basque 

Reste que ces violences ne concernent pas uniquement Bayonne. Biarritz l'avait subi l'été dernier et c'est à nouveau le cas cette année avec, par exemple, la semaine dernière, ce promeneur qui a reçu des coups de couteau à la gorge.  

A vrai dire, selon les professionnels de l'hôtellerie restauration, toute la côte basque est impactée : Anglet, Saint jean de Luz... L'UMIH pays basque, l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie demande des renforts policiers. Jean-Pierre Istre, son président redoute un drame et s'interroge sur le fait qu'en 2019, les forces de l'ordre aient été si nombreuses au moment du G7. "Pendant le G7, nous avions 15 000 personnes des forces de l'ordre présentes sur le Pays-Basque en même temps. Il y a bien sur la côte basque ce qu'on appelle un renfort estival. Mais c'est le même quasiment depuis des années. Or, nous sommes dans _une année particulière_. Il faudrait plus de forces de l'ordre, plus de présence en uniforme parce que, mine de rien ce sont des choses dissuasives.  Il y a des moyens. il faut juste peut être les redéployer , mais ça, je laisse les gens compétents le faire."

Jean-Pierre Istre, président de l'Umih pays basque

Choix de la station

À venir dansDanssecondess