Médias – People

A Poitiers, le président du CSA sur Cyril Hanouna : "Une émission distrayante ne doit pas être avilissante"

Par Delphine Garnault, France Bleu Poitou mardi 8 novembre 2016 à 15:44

Le président du CSA lors de son déplacement à Poitiers
Le président du CSA lors de son déplacement à Poitiers © Radio France - Delphine Garnault

Le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), était ce lundi à Poitiers. L'occasion pour Olivier Schrameck d'évoquer les dossiers du moment : les procédures en cas d'attentats, le conflit à i-Télé ou bien encore le cas Cyril Hanouna.

En visite dans les locaux de France Bleu Poitou, Olivier Schrameck, le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), s'est exprimé sur différents dossiers. Morceaux choisis :

Ne pas rendre le tragique plus tragique encore

Les attentats. "Il faut concilier la liberté de l'information, le respect de la dignité humaine, de l'ordre public et veiller à ce que ces secousses ne mettent pas en cause la cohésion sociale. On a fait un retour d'expériences avec les rédactions confrontées à ces événements tragiques et impromptus. On a élaboré un texte de prudence et de précaution qui encourage un certain état d'esprit. Dire la vérité mais ne pas rendre le tragique plus tragique encore."

Un code de "bonne conduite"

Une information complète mais pas dangereuse

L'anonymat des terroristes. "Les rédactions ont adopté des positions différentes, ce que nous avons dit c'est il faut toujours avoir à l'esprit de ne pas valoriser l'inacceptable, ne pas mettre en exergue certains discours, certaines images, parler du parcours antérieur de certains terroristes peut paratre valorisant au yeux de certains et c'est un réel danger. On a conscience qu'on est au bord de la responsabilité éditoriale mais c'est aussi une responsabilité du CSA que de veiller à ce que l'info soit complète mais qu'elle ne soit pas dangereuse."

Olivier Schrameck sur l'anonymat des terroristes

Plusieurs anomalies ont été commises

L'émission de Cyril Hanouna sur C8. "On peut penser qu'une émission pour être distrayante ne doit pas être pour autant avilissante. Plusieurs anomalies ont été commises. On ne peut passer au stade de la sanction après les avertissements que si des faits de même nature ont été commis durant une période postérieure. Il se trouve que des faits ont été commis de façon répétés, qu'ils sont actuellement à l'instruction du CSA. A la différence des années passées, le CSA réagit rapidement de façon nette et ferme. Il n'y a aucune raison que cela se passe autrement. Rapidement c'est à dire dans les semaines à venir."

Olivier Schrameck sur l'émission de Cyril Hanouna

Deux mises en demeures adressées à i-Télé

Le conflit à i-Télé. "Il faut bien distinguer nos compétences. Nos compétences c'est de veiller à ce que l'émission de Jean-Marc Morandini respecte les contraintes d'honnêteté et de rigueur dans laquelle i-Télé s'est engagé par convention. Nous avons adressé une mise en demeure sur ce fondement. Deuxième obligation : respecter les obligations d'éthique. Là aussi on a adressé une mise en demeure. Le comité éthique s'est dissous et il n'y a pas eu de tentative pour le reconstituer. Ceci étant il s'agit d'un conflit social dans une entreprise privée. On n'a pas compétence pour gérer ce conflit social ni même désigner un médiateur."

Le conflit à I Télé