Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Agression mortelle d'un conducteur de bus à Bayonne

Au moins un millier de personnes présentes aux obsèques du conducteur de bus Philippe Monguillot à Bayonne

Plus d'un millier de personnes se sont réunies ce lundi à Bayonne pour les obsèques de Philippe Monguillot, le chauffeur de trambus mort après avoir été violemment agressé le 5 juillet dernier pour avoir notamment réclamé le port du masque à des passagers.

Les obsèques de Philippe Monguillot ont eu lieu ce lundi 20 juillet. De nombreuses personnalités politiques étaient présentes dont Marlène Schiappa.
Les obsèques de Philippe Monguillot ont eu lieu ce lundi 20 juillet. De nombreuses personnalités politiques étaient présentes dont Marlène Schiappa. © Radio France - Céline Arnal.

Sa famille, ses collègues et des centaines d'autres personnes se sont à nouveau réunis ce lundi 20 juillet en hommage à Philippe Monguillot, le chauffeur de bus mort à Bayonne sous les coups de voyageurs. Ses obsèques ont eu lieu à l'église Sainte-Croix de Bayonne à 14h30.

L'homme de 58 ans, est mort le 10 juillet après cinq jours de coma. Ce père de trois filles avait été agressé alors qu'il contrôlait le ticket d'une personne et réclamait le port du masque à trois passagers. Le 8 juillet dernier, une marche blanche avait rassemblé près de 6.000 personnes à Bayonne.

Retour sur les obsèques en images

La cérémonie a duré plus d'une heure devant une foule chargée d'émotions après les prises de parole de sa femme et ses filles. Elles sont ensuite venues saluer les chauffeurs. 

La femme et les filles de Philippe Monguillot ont salué les chauffeurs sur place.
La femme et les filles de Philippe Monguillot ont salué les chauffeurs sur place. © Radio France - Damien Mestre

Près de 300 chauffeurs, les collègues de Philippe Monguillot, sont venus lui rendre hommage. Tous habillés d'un t-shirt blanc. Son cercueil a par ailleurs été porté par six collègues et amis, jusqu'à ses proches dans l'église.

Des chauffeurs assistent à la cérémonie.
Des chauffeurs assistent à la cérémonie. © Radio France - Céline Arnal.

Parmi les personnalités politiques présentes, Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. Elle s'est rendue sur place aux côtés du maire de Bayonne Jean-René Etchegaray ou encore Claude Olive, le maire d'Anglet.

Un écran géant a été installé à l'extérieur de l'église ainsi que 200 places assises. Des centaines de personnes ont ainsi assisté à la cérémonie, bien plus que le nombre de places proposées.

La foule présente à l'extérieur pour assister à la cérémonie sur écran géant.
La foule présente à l'extérieur pour assister à la cérémonie sur écran géant. © Radio France - Damien Mestre

Marlène Schiappa a assuré la famille de son soutien 

Marlène Schiappa, à l'issue de la cérémonie, lors des obsèques de Philippe Monguillot à Bayonne.
Marlène Schiappa, à l'issue de la cérémonie, lors des obsèques de Philippe Monguillot à Bayonne. © Radio France - Muriel Vitel

A l'issue de la cérémonie, Marlène Schiappa a rappelé qu'une réunion aurait lieu ce mardi, en compagnie du préfet des Pyrénées-Atlantiques. L'objectif est de répondre à l'insécurité dans les transports. "Quand Véronique crie 'plus jamais ça !', nous sommes bien sûr avec elle", a insisté la ministre. "Il est temps que la société se ressaisisse face à la violence du quotidien"

Deux hommes en détention provisoire

Selon les dernières informations, deux hommes âgés de 22 et 23 ans et déjà connus des services de police sont en détention provisoire. Ils risquent la réclusion criminelle à perpétuité pour "homicide volontaire sur un agent de réseau de transports publics". 

Deux complices ont également été écroués pour "non assistance à personne en danger".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess