Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Occitanie : encore des blocages dans les prisons d’Albi et de Seysses

lundi 11 mars 2019 à 19:02 Par Sandrine Morin, France Bleu Occitanie

Albi, Seysses et Béziers sont les trois établissements pénitenciers de la région qui sont encore touchés par des mouvements de blocages. Des surveillants qui répondent à l’appel de FO pour maintenir la pression avant la rencontre prévue avec la Garde des Sceaux.

Une partie du personnel d'Albi devrait rester mobilisée au moins jusqu'à jeudi, jour du rendez-vous au ministère.
Une partie du personnel d'Albi devrait rester mobilisée au moins jusqu'à jeudi, jour du rendez-vous au ministère. © Radio France - SM

Albi, France

Ce lundi matin, une centaine de surveillants de prison se sont donnés rendez-vous devant la maison d’arrêt de Seysses. Ils étaient une quinzaine environ devant celle d’Albi. Des gardiens qui devraient être présents sur les barrages encore toute la semaine à l’appel du syndicat FO en vue de rencontres décisives pour les négociations. Ce jour, les syndicats ont d’abord été reçus par le directeur de l’administration pénitentiaire. Le jeudi 14 mars, ce sera la Garde des Sceaux qui va rencontrer les représentants des surveillant de prisons. 

Alors que le syndicat UFAP a décidé de lever les blocages, certains surveillants ont décidé de maintenir la pression. Et devant le barrage constitué de quelques palettes, tous le répètent en boucle : l’agression de  Condé-sur-Sarthe était évitable. Il fallait pour cela appliquer les accords signés l’an passé tempête Eric Pujol syndiqué à Force ouvrière. Damien Salette, surveillant FO insiste : " On ne veut pas nous débloquer les fonds nécessaires. On nous par exemple promis des gilets tactiques contre les coups de couteau. beaucoup d'établissements ne les ont toujours pas reçus."