Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Oloron : le tribunal administratif de Pau rejette la réouverture de la maternité

vendredi 21 décembre 2018 à 6:06 Par Damien Gozioso et Marie-Line Napias, France Bleu Béarn

Le tribunal administratif de Pau a rendu son délibéré ce vendredi dans l'affaire de la maternité d'Oloron. Il confirme la fermeture, malgré les arguments apportés par la ville. Les défenseurs de la maternité comptent faire appel.

Robert Bareille, adjoint à la mairie d'Oloron, et l'avocat Philippe Herrmann.
Robert Bareille, adjoint à la mairie d'Oloron, et l'avocat Philippe Herrmann. © Radio France - DG

Oloron-Sainte-Marie, France

Les défenseurs de la maternité d'Oloron demandaient au tribunal administratif de Pau de revenir sur l'arrêté de l'Agence Régionale de Santé prononçant la fermeture du site. Ils n'ont pas été entendus. Ce vendredi le tribunal administratif a rejeté leur requête, la maternité restera donc fermée pour le moment. Ils avaient déjà déposé un référé-suspension en janvier dernier, déjà repoussé.

Un appel à venir

Philippe Herrmann, l'avocat des défenseurs de la maternité, avait mis en avant devant le tribunal administratif l'exception géographique d'Oloron, l'importance de la maternité pour les parturientes des vallées, afin d'éviter les accouchements en urgence lorsqu'il faut faire le trajet jusqu'à Pau. Les défenseurs de la maternité, la municipalité d'Oloron et SOS proximité n'ont pas encore les "attendus" du jugement, c'est à dire les arguments avancés par le tribunal. Mais il est probable que la cour d'appel de Bordeaux sera saisie. 

Robert Bareille, président du collectif d'associations SOS proximité

La municipalité et SOS proximité ont désormais deux mois pour faire appel.