Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Onze communes se regroupent pour financer leur système de vidéoprotection

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Des Aravis au bord du lac d’Annecy, onze communes ont créé un groupement de vidéoprotection. En se rassemblant, elles ont pu bénéficier d’une importante aide financière de l’Etat pour installer 173 caméras.

Des Aravis au bord du lac d’Annecy, onze communes ont créé un groupement de vidéoprotection pour installer 173 caméras (ici à Faverges-Seythenex).
Des Aravis au bord du lac d’Annecy, onze communes ont créé un groupement de vidéoprotection pour installer 173 caméras (ici à Faverges-Seythenex). © Radio France - Richard Vivion

Haute-Savoie, France

Pour des petites communes, installer un système de vidéoprotection peut se révéler compliqué administrativement et extrêmement couteux. Sur un conseil donné en 2015 par la préfecture de la Haute-Savoie, onze communes (Dingy-Saint-Clair, Doussard, Faverges-Seythenex, La Clusaz, Lathuile, Le Grand-Bornand, Menthon-Saint-Bernard, Sevrier, Thônes, Val de Chaise et Veyrier-du-Lac) ont donc choisi de se réunir pour créer le premier groupement de vidéoprotection du département. 

"C’est une démarche volontaire de l’ensemble des communes", indique le maire de Menthon-Saint-Bernard."En lançant une consultation sur un territoire plus vaste qu’une seule commune a permis d’avoir des réponses plus intéressantes au niveau financier", poursuit Antoine de Menthon. Cela a aussi permis d’obtenir une importante subvention de l’Etat. Il a réglé près de 58% de la facture totale (918 000 euros).

REPORTAGE : des Aravis au bord du lac d’Annecy, onze communes ont créé un groupement de vidéoprotection.

Chacune des onze communes dispose de son propre centre de traitement des images enregistrées par son système de vidéoprotection comme ici à Faverges-Seythenex (photo mairie Faverges-Seythenex)  .  - Aucun(e)
Chacune des onze communes dispose de son propre centre de traitement des images enregistrées par son système de vidéoprotection comme ici à Faverges-Seythenex (photo mairie Faverges-Seythenex) . -

173 caméras 

173 caméras (sur 45 sites différents) ont été installées sur ces onze communes. Et pas question de les implanter n’importe où. La gendarmerie a déterminé les emplacements. Un peu plus de quarante, par exemple, à Faverges-Seythenex. Et une seule à Val-de-Chaise, un village de 1 300 âmes mais lieu stratégique selon le patron de la Gendarmerie de la Haute-Savoie car il s’agit d’un axe qui permet de rejoindre la Savoie. "Un malfaiteur qui se déplace d’un point A à un point B, nous savons qu’il a des passages obligés, explique le colonel Nicolas Marsol. Une seule caméra bien positionnée peut nous permettre d’élucider des affaires." 

  • Chacune des onze communes dispose de son propre centre de traitement des images enregistrées par son système de vidéoprotection. 
  • Les images enregistrées ne sont consultables que par les personnes accréditées par le préfet ou par les forces de l’ordre sur décision de justice.