Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Onze hommes interpellés lors du démantèlement d'un réseau de proxénétisme dans le Val d'Oise

-
Par , France Bleu Paris

Les gendarmes ont mis un coup d'arrêt à un large réseau de proxénétisme basé dans le Val d'Oise. Onze personnes ont été interpellées, soupçonnées d'avoir participé à la traite de 45 jeunes prostituées.

Onze personnes ont été interpellées lors du démantèlement d'un réseau de proxénétisme dans le Val d'Oise. (illustration)
Onze personnes ont été interpellées lors du démantèlement d'un réseau de proxénétisme dans le Val d'Oise. (illustration) © Radio France - Marc Bertrand

C'est un réseau de proxénétisme d'ampleur nationale, qui vient d'être démantelé dans le Val d'Oise. Onze hommes ont été interpellés le 4 février dernier, soupçonnés d'avoir participé à la traite de jeunes prostituées, âgées de 17 à 22 ans. Les gendarmes ont identifié 45 jeunes femmes, certaines mineures, "principalement issues de quartiers défavorisés de la région parisienne", selon un communiqué. Elles devaient réaliser jusqu'à 10 passes par jour, et pouvaient êtres vendues à d'autres proxénètes. 

Le réseau a été crée en 2018, à Persan et Beaumont sur Oise, avant de s'étendre à l'ensemble de la région parisienne, et dans des villes de province, comme Bordeaux Tours ou Strasbourg. Dans ces dernières villes, le réseau "exerçait son activité sur de courtes durées pour ne pas attirer l'attention".  C'est finalement grâce à un renseignement que l'enquête débute en avril 2019. 

Les passes avaient lieu à l’hôtel ou dans des AirBnb

Les gendarmes dépeignent une organisation très structurée, avec quatre proxénètes à la tête du réseau, et des lieutenants placés sous leurs ordres en charge de la logistique : c'est à eux que revenait la gestion des annonces sur des sites spécialisés.  Les rendez-vous étaient ensuite donnés dans des Airbnb et des hôtels bas de gamme. Des hommes de main s'occupaient de surveiller les passes, avec parfois des actes de violences à l'encontre des prostituées. 

"Avec six à dix clients par jour par prostituée, pour une prestation moyenne de 100 euros et jusqu’à 25 femmes pouvant être prostituées simultanément, le volume financier généré est évalué à plusieurs centaines de milliers d’euros", poursuit le communiqué.  Les jeunes femmes ont un profil commun, "vulnérables psychologiquement, âgées de 17 à 22 ans, déscolarisées ou sans diplôme, en rupture familiale et sociale.

Des prostituées qui se recrutaient entre elles sur internet

Toujours selon les gendarmes, "le mode de recrutement était bien rôdé : les jeunes filles se recrutaient entre elles sur les forums et, pour le quitter, elles devaient impérativement trouver une remplaçante."

Les onze hommes interpellés sont âgés de 24 à 39 ans et sont connus de la justice pour plusieurs infractions. Lors du coup de filet, qui a mobilisé une centaine de gendarmes et 18 enquêteurs de l'office central pour la répression de la traite des êtres humains, les forces de l'ordre ont mis la main sur des armes de poing, de l'argent liquide, de nombreux téléphones et des produits stupéfiants. Sept personnes du réseau ont été mises en examen et placées en détention provisoire et trois sous contrôle judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu