Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Opération antiterroriste au Mans : quatre personnes relâchées, trois gardes à vue prolongées

jeudi 1 novembre 2018 à 14:03 Par Julie Le Duff, France Bleu Maine et France Bleu

La garde à vue a été levée pour quatre des sept personnes interpellées mardi matin au Mans dans le cadre d'une enquête antiterroriste. Elle est revanche prolongée pour les trois autres mis en cause.

Les policiers sont intervenus dans un appartement au 1e étage de cet immeuble rue Flammarion, au Mans.
Les policiers sont intervenus dans un appartement au 1e étage de cet immeuble rue Flammarion, au Mans. © Radio France - Ruddy Guilmin

Le Mans, France

48 heures après la vaste opération de police déclenchée au petit matin, mardi, dans le quartier des Sablons au Mans, quatre des sept personnes interpellées ont été relâchées "en l'absence d'élément incriminant", indique une source judiciaire. Les trois autres gardes à vue sont prolongées. Ces gardes à vue peuvent aller jusqu'à 144 heures, une enquête préliminaire étant ouverte par le Parquet de Paris pour "association de malfaiteurs terroriste". 

Pas de projet d'attaque

L'enquête confiée à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) porte sur la mise en ligne de vidéos d'une personne prêtant allégeance au groupe jihadiste Etat islamique. "Il ne s'agit pas à ce stade d'un projet d'attaque" avait indiqué cette même source judiciaire après les interpellations, "l'enquête doit déterminer qui est l'individu qui prête allégeance à l'Etat islamique sur ces vidéos".