Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Opération antiterroriste dans le Finistère : les suspects présentés à la justice

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu

Les sept hommes arrêtés lors du coup de filet antiterroriste lundi dans le Finistère vont être présentés au juge d'instruction ce vendredi en vue de leur mise en examen. Ils sont soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat en France avant un départ pour la Syrie.

Deux des sept hommes ont été interpellés dans cette barre d'immeuble à Pontanézen
Deux des sept hommes ont été interpellés dans cette barre d'immeuble à Pontanézen © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Leurs gardes à vue se terminent ce vendredi matin : les sept hommes interpellés lundi dans le Finistère, soupçonnés d'avoir eu un projet d'attentat sur le sol français, vont être présentés à un juge d'instruction aujourd'hui, en vue de leur mise en examen selon l'AFP. Ils avaient été transféré au siège de la DGSI, la sécurité intérieure, à Levallois-Perret mercredi soir. 

Des profils variés

Les sept hommes sont pour la plupart âgés de 28 à 38 ans, à l'exception d'un lycéen brestois de 16 ans. Certains sont des convertis.

L'un des suspects est arrivé en France en 2015 : né en Syrie et détenteur d'un passeport palestinien d'après une source proche de l'enquête, Mohamad D. avait obtenu le statut de réfugié quelques mois après son arrivée en France. Il s'agirait du personnage central de la cellule. D'après des sources concordantes, il est soupçonné d'avoir appartenu au groupe Etat islamique. Installé avec sa femme dans un petit immeuble du quartier Pontanézen, ses voisins disent ne pas avoir eu de liens avec eux. "Ils étaient assez froids, souffle l'un d'eux . Vu leur comportement, je pensais qu'ils étaient peut-être impliqués dans du trafic de drogue, mais je n'imaginais pas une affaire de stupéfiants".

Un autre suspect était déjà particulièrement surveillé par les services de renseignement. Wahid B., gérant d'une boucherie halal à Brest, avait été contrôlé en 2014 à la frontière bulgare, avec son épouse et ses deux enfants, sur le chemin emprunté traditionnellement par les candidats au jihad. Il avait ensuite été condamné en 2018 à trois ans de prison avec sursis pour apologie du terrorisme, car il avait mimé une rafale de tir d'arme automatique au passage d'une patrouille de police à Brest, juste après les attentats du 13 novembre 2015. C'est son commerce qui aurait servi de lieu de rendez-vous au groupe.

Documents de propagande

Lors des perquisitions, aucune arme n'a été découverte, mais les suspects auraient cherché à s'en procurer. Les enquêteurs ont par ailleurs trouvé des tutoriels téléchargés récemment pour réaliser des explosifs et du poison

Des documents de propagande ont aussi été découverts, ainsi que des allégeances au nouveau calife du groupe Etat Islamique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu