Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Opération antiterroriste franco-suisse : huit hommes mis en examen

samedi 11 novembre 2017 à 10:37 Par Typhaine Morin, France Bleu Paris, France Bleu Azur, France Bleu Provence et France Bleu

Huit hommes, soupçonnés de projeter un attentat en France, ont été mis en examen ce vendredi pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Sept d'entre eux ont été placés en détention provisoire. Au total, dix personnes ont été arrêtées ce mardi lors d'une opération franco-suisse.

Huit hommes ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle"
Huit hommes ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" © AFP - Rémy Gabalda

Sur les huit hommes soupçonnés de projeter un attentat en France, tous ont été mis en examen ce vendredi pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Sept ont été placés en détention provisoire, le huitième a été placé sous contrôle judiciaire.

Au total, 10 personnes ont été arrêtées en début de semaine, lors d'une opération antiterroriste franco-suisse. Agées de 18 à 65 ans, neuf d'entre elles ont été arrêtées en France. La dixième, une Colombienne de 23 ans, a été interpellée en Suisse et placée en détention provisoire pour trois mois. Parmi les autres personnes interpellées figure un Suisse de 27 ans, décrit par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb comme un "prétendu iman" qui aurait endoctriné les autres.

Passage à l'acte dans les mois à venir

Ce vendredi, le procureur de la République de Paris, François Molins, a précisé qu'il s'agissait "d'un groupe d'individus qui correspondent sur des réseaux sécurisés (...) et qui tenaient des propos extrêmement violents", qui a évoqué "un passage à l'acte dans les mois (à venir) en France avec des cibles, par contre, qui étaient plutôt indéterminées".

Selon les premiers éléments de l'enquête, aucune arme n'a été retrouvée au cours des perquisitions en France, dans le Sud-Est et en région parisienne, mais du matériel informatique a été saisi.