Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Violences à la fac de droit de Montpellier

Violences à la fac de droit de Montpellier : vague d'interpellations dans les milieux d'extrême-droite

mercredi 12 septembre 2018 à 18:46 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault et France Bleu

Près de six mois après l'opération commando à la faculté de Droit de Montpellier, les enquêteurs ont procédé à une vague d’interpellations dans les milieux d'extrême-droite. Des sympathisants du groupuscule identitaire Ligue du Midi ont été placés en garde à vue mardi matin.

L'opération coup de poing remonte à la nuit du 22 au 23 mars (manif des étudiants devant la fac de Droit)
L'opération coup de poing remonte à la nuit du 22 au 23 mars (manif des étudiants devant la fac de Droit) © Maxppp -

Montpellier, France

Un peu moins de six mois après l'opération commando à la faculté de Droit de Montpellier, l'enquête a fait un bond en avant avec un coup de filet dans les milieux d'extrême-droite. Des policiers de la Sûreté départementale et du RAID, ont procédé ce mardi matin à plusieurs interpellations à Montpellier, Sète et dans le Gard qui se sont débouché sur huit gardes à vue. Gardes à vue qui ont été prolongées ce mercredi.

Deux fichés S parmi les suspects

Ce sont des investigations téléphoniques qui ont permis d'identifier un petit groupe d'individus particulièrement actifs et qui ont un point commun : ce sont des sympathisants de la Ligue du Midi, groupuscule régionaliste qui se dit "identitaire, patriote et citoyen". Parmi les suspects, deux fichés S. Surveillés parce que très proches de l'extrême droite radicale. Et, toujours selon nos informations, il s'agit d'un des fils de Richard Roudier, le président de la Ligue du Midi, et du directeur de publication du site internet Lengadoc. Ce que l'intéressé conteste.

Le doyen et le professeur toujours suspendus

Dans la nuit du 22 au 23 mars 2018, en plein mouvement étudiant contre la réforme de l'université, des hommes cagoulés, armés de lattes de bois avaient fait irruption pour déloger des grévistes qui occupaient un amphi. Neuf personnes avaient été blessées. Après ces violences, le doyen de la faculté, Philippe Pétel et un professeur, Jean-Luc Coronel de Boissezon, présents au moment des faits, ont été suspendus de leur fonction et mis en examen. Le premier pour complicité d'intrusion et complicité de violences et le second pour complicité d'intrusion et violences en récidive. Il se trouve enfin que les enquêteurs se sont intéressés au téléphone portable au nom de l'épouse de Jean-Luc de Boissezon. Il aurait servi a contacter plusieurs des membres du commando qui ont débarqué dans l'amphithéâtre au mois de mars.

En parallèle, une enquête administrative a été menée. Les deux hommes ont vu leur suspension prolongée mais aucune sanction n'a encore été prononcée.