Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Faits divers – Justice

Opération de contrôle des Flixbus et des Ouibus sur l'A6 près d'Auxerre

mardi 10 juillet 2018 à 18:59 Par Lisa Guyenne et Sophie Allemand, France Bleu Auxerre

Ce mardi 10 juillet, les gendarmes de l'Yonne organisaient des opérations de contrôle dans les trains, les bus ainsi que les péniches de plaisanciers. Nous les avons suivi sur l'autoroute A6, pour intercepter les bus de voyageurs.

L'opération nécessite une vingtaine de gendarmes
L'opération nécessite une vingtaine de gendarmes © Radio France - Sophie Allemand

Yonne, France

Au péage d'Auxerre-Nord, vers Monéteau, les gendarmes à moto font signe au bus de s'arrêter. Le chauffeur s'exécute, et coupe le moteur à côté du péage. À bord, 45 passagers, en route pour Grenoble. 

"Ce sont des lignes sur lesquelles n'importe qui peut embarquer" - Le commandant Duhen, chef d'escadron

Une vingtaine de gendarmes contrôlent alors les papiers de chaque voyageur. Durée de l'opération : 20 minutes, grâce au logiciel NEO, utilisé par les forces de l'ordre, qui permet de vérifier rapidement l'identité des personnes.

"On ne sait pas trop ce qu'il se passe"

Dans ce bus, une femme est en situation irrégulière. Elle est conduite dans la voiture des gendarmes. Les autres voyageurs observent, un peu déçus de n'avoir pas plus de précisions. "J'ai juste vu qu'elle était descendue, qu'elle avait été embarquée. On ne sait pas trop ce qu'il se passe, c'est un peu stressant. On a pas de contrôle sur la situation, on aimerait bien revenir sur la route au plus vite", déplore un passager. 

À la recherche de drogue ou de munitions

Après les papiers, c'est au tour du chien renifleur d'entrer en piste. Dans les soutes et les allées, il permet de détecter une éventuelle présence de drogues ou de munitions. Le chauffeur, lui aussi, est contrôlé. "Je pense que j'aurai bien 45 minutes de retard", explique-t-il aux passagers, fataliste. _"_Mais ils font leur métier, c'est normal."

Bilan ? Rien à signaler... Sauf pour la passagère, qui ne remontera pas dans le bus, explique le colonel Boismoreau : "Elle est placée en retenue administrative et vérifier ses papiers. Il semblerait qu'elle fasse l'objet d'une obligation de quitter le territoire." Charge maintenant à la préfecture de prendre sa décision.

Les passagers attendent la fin du contrôle - Radio France
Les passagers attendent la fin du contrôle © Radio France - Sophie Allemand