Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Frayeur dans deux bureaux de vote à Besançon : une voiture a été abandonnée à proximité avec une arme à l'intérieur

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Besançon, France Bleu
Besançon, France

Deux bureaux de vote ont été fermés une partie de la matinée, ce dimanche à Besançon. Un périmètre de sécurité a été mis en place autour du groupe scolaire Pierre et Marie Curie où ils sont installés. Les démineurs sont intervenus pour fouiller un véhicule abandonné dans des conditions suspectes.

Le véhicule, signalé volé, a été stoppé par une haie, rue des Roses, dans le quartier Palente de Besançon.
Le véhicule, signalé volé, a été stoppé par une haie, rue des Roses, dans le quartier Palente de Besançon. © Radio France - Anne Fauvarque

Retour à la normale en fin de matinée, rue des Roses à Besançon. Les bureaux de vote 410 et 411 sont de nouveaux ouverts. Ce dimanche matin, le secteur avait été bouclé à cause d'un véhicule suspect.

Vers 9h45, une voiture arrive à proximité de l'école Pierre et Marie Curie, deux individus sautent du véhicule en marche et s'enfuient à pied dans deux directions. La voiture qui roulait lentement est stoppée par une haie. Un membre du bureau de vote alerte la police, le périmètre est vite bouclé et les bureaux de vote fermés.

Une arme retrouvée dans le véhicule suspect

De l'extérieur on aperçoit une carabine Winchester dans la voiture, qui est un véhicule signalé volé. Les démineurs sont donc immédiatement appelés. Police municipale, police nationale, militaires de la force Sentinelle : ce sont au total une trentaine d'hommes qui se trouvent sur place.

Un peu avant 11 heures les bureaux de vote sont rouverts, mais l'accès se fait dans un premier temps par une autre entrée. L'ambiance est particulière, les militaires sont à chaque coin de rue. "Il faut que l'armée soit là pour qu'on puisse voter, c'est aberrant", s'exclame une habitante. Mais pas de quoi décourager les électeurs qui se massent dans l'école du quartier Palente et ressortent en disant simplement : "J'ai fait mon devoir".

LIRE AUSSI :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess