Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Opération de gendarmerie à Porto-Vecchio

-
Par , France Bleu RCFM

Les gendarmes sont intervenus ce mardi matin sur le port de la cité du sel. Une saisie de jet-skis a eu lieu chez une société de location en situation illicite depuis le début de la saison estivale.

Les gendarmes sont intervenus ce mardi matin sur le port de la cité du sel
Les gendarmes sont intervenus ce mardi matin sur le port de la cité du sel © Radio France - José Tafani

Corse, France

6 à 8 jet-skis et scooters des mers appartenant à la société Jet Loc' installée sur le port de plaisance de Porto-Vecchio depuis le début de l'été ont été consignés sur place ce mardi matin.  

Selon le procureur de la République d'Ajaccio la société exerce une activité illicite sans autorisation d'occupation du domaine public maritime, elle est d'ailleurs régulièrement verbalisée depuis le début de la saison. 

Jet Loc effectue également des locations de deux roues, de Paddle et une activité de débit de boissons toujours sans autorisation. La société verbalisée à nouveau ce mardi encourt jusqu'à 7500 euros d'astreinte journalière et sera poursuivi devant le tribunal de police.

Le jeu en vaut la chandelle 

Ils sont nombreux à avoir maintenu leur activité malgré une situation illicite. Début juin trois établissements de cette micro région s'étaient également vu saisir du matériel de plage déclenchant un mouvement de protestation chez les paillottiers et la création de collectifs dénonçant deux poids deux mesures dans l'attribution des autorisations. Les AOT qu'ils estiment nécessaires à leur activité mais qui se heurtent au document majeur d'urbanisme de la Corse, le PADDUC, que la préfète de Corse assure appliquer renvoyant ainsi la balle à la majorité territoriale. 84 AOT sont en sursis sur l'île cet été et risquent d'être refusées en 2020. Des autorisations annuelles qui pourraient être allongées si la concession des plages revenait aux municipalités sur le modèle de Pietrosella. Porto-Vecchio et Bonifacio ont notamment délibéré en ce sens.