Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Opération de police à Grande-Synthe : ce que l'on sait du Centre Zahra visé par les perquisitions

mardi 2 octobre 2018 à 17:56 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord et France Bleu

Trois personnes ont été placées en garde à vue après une opération de police ce mardi matin à Grande-Synthe, dans le Nord. L’opération visait le siège du Centre Zahra ainsi que certains de ses membres.

Le Centre Zahra : cette association musulmane s’est installée à Grande-Synthe en 2005.
Le Centre Zahra : cette association musulmane s’est installée à Grande-Synthe en 2005. © Radio France - Stéphane Barbereau

Grande-Synthe, France

Au petit matin ce mardi 2 octobre 2018, 200 policiers étaient mobilisés pour une opération de “prévention du terrorisme” menée à Grande-Synthe, près de Dunkerque, dans le Nord. L'un des trois hommes placés en garde à vue dans le cadre de cette opération doit être jugé pour détention illégale de deux armes à feu, mercredi, en comparution immédiate. Les deux autres ont été relâchés a indiqué mardi soir le parquet de Dunkerque.

L’opération visait le siège du Centre Zahra ainsi que certains de ses membres. Ce centre culturel chiite accueille plusieurs associations : le parti anti-sioniste ou encore la fédération chiite de France. La préfecture du Nord leur reproche un soutien marqué à plusieurs organisations terroristes (le Hezzbolah libanais et le Hamas palestinien qui combattent Israël). Les 200 policiers présents ce mardi matin, dont des hommes du Raid et de la BRI, ont interpellé 12 personnes. Des armes, détenues illégalement, ont été retrouvées sur certaines d'entre elles. Les avoirs de l'association ont également été gelés.

Douze personnes ont été interpellées lors de l'opération de "prévention du  terrorisme" ce mardi matin à Grande-Synthe. - Radio France
Douze personnes ont été interpellées lors de l'opération de "prévention du terrorisme" ce mardi matin à Grande-Synthe. © Radio France - Stéphane Barbereau

Aux côtés de Dieudonné et d'Alain Soral

Cette association musulmane s’est installée à Grande-Synthe en 2005, c’est une communauté très fermée. Son président, Yahia Gouasmi, est né en Algérie mais vit à Grande-Synthe depuis 1990. Cet homme de 69 ans se revendique anti-sioniste, il refuse donc la présence d'Israël sur les territoires palestiniens, mais il n'est pas antisémite jure-t-il, c'est-à-dire pas de haine envers les Juifs. En 2009, il lance une liste anti-sioniste aux élections européennes aux côtés de Dieudonné et d'Alain Soral, habitué, depuis, des condamnations pour incitation à la haine raciale. L'humoriste controversé a même été invité à Grande-Synthe, mais c'était avant ses condamnations précise Yahia Gouasmi. 

Le président de l'association, Yahia Gouasmi (à droite), a mené une liste du parti anti-sioniste aux élections européennes de 2009. - Radio France
Le président de l'association, Yahia Gouasmi (à droite), a mené une liste du parti anti-sioniste aux élections européennes de 2009. © Radio France - Stéphane Barbereau

Le président de l'association a ses entrées en Iran. C'est lui qui aurait permis la rencontre entre Dieudonné et l'ancien président iranien Ahmadinejad. Le centre héberge la fédération chiite de France, proche de Téhéran et donc hostile à l’organisation État islamique. Le groupe terroriste a menacé le centre, d'où la présence la nuit de deux vigiles bénévoles armés.

Des cours de religion et d'éducation

À  Grande-Synthe, le centre culturel se trouve au bout d'une impasse, avec un système de vidéosurveillance, caché derrière une clôture en bois. À l'intérieur, plusieurs bâtiments dont une ancienne ferme finement décorée. On y trouve un tableau de la cène du Christ, “preuve de notre ouverture d'esprit” dit le responsable des lieux. Tout a été financé par les 150 habitués du Centre selon Yahia Gouasmi, certains dirigeants possèdent des commerces, boulangerie, restaurant. Aucun financement ne viendrait de l'étranger, des cours de religion et d'éducation sont dispensés ici, aux enfants notamment.