Faits divers – Justice

Plusieurs personnes arrêtées, des armes saisies, dans le cadre d'une opération "anti-ETA"

Par Muriel Vitel et Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque et France Bleu samedi 17 décembre 2016 à 1:54

Opération de désarmement en cours. Louhossoa. 64250
Opération de désarmement en cours. Louhossoa. 64250 -

Cinq personnes, dont un dirigeant du mouvement écologiste Bizi et un journaliste de Mediabask, ont été interpellées à Louhossoa, dans les Pyrénées-Atlantiques ce vendredi 16 décembre 2016. Des armes ont été également saisies.

Cinq personnes, dont au moins une femme, ont été interpellées ce vendredi 16 décembre 2016 au soir, lors d'une opération policière franco-espagnole à Louhossoa, à 20 kilomètres de Bayonne. Des armes ont été saisies par des enquêteurs de la police judiciaire française, assistés de policiers de la Guardia Civil espagnole qui parlent "d'opération anti-ETA". Des policiers de l'unité d'élite du Raid ont été également dépêchés sur place.

Les cinq personnes interpellées sont toutes de nationalité française, parmi elles, une journaliste de Mediabask, Béatrice Molle, rapporte le 1er adjoint de la commune Gilbert Dupuis, interrogé par France Bleu Pays Basque sur placee ainsi qu'un dirigeant du mouvement écologiste Bizi, Jean-Noël Etcheverry dit "Txetx". Les personnes arrêtées ont visiblement pu communiquer avant leur arrestation, ils ont averti la presse locale par un tweet qui montre une photo de machines que l'ont peut supposer servir à la neutralisation d'armes.

L'opération avec perquisition s'est déroulée dans une grande maison de la commune de Louhossoa (environ 600 habitants), chemin Curutchéta. Dans un tweet, le ministère espagnol de l'Intérieur a annoncé que "la Guardia Civil avait porté un coup à l'arsenal de la bande terroriste ETA en France".

Gilbert Dupuis, 1er adjoint au maire de Louhossoa "je suis surpris par la perquisition, surpris car je connaissais personnellement, l'une des personnes journaliste à Mediabask"

Opération policière franco-espagnole contre l'ETA : cinq interpellations, des armes saisies

Très rapidement; le mouvement Paix au Pays Basque (Bakea EH) a affirmé dans un tweet qu'une "opération de police est en cours pour empêcher la société civile de procéder à une destruction d'armes de l'ETA" et a appelé les militants nationalistes à converger vers Louhossoa.

"Une destruction d'armes interrompue par la police"

Dans un courrier également publié ce vendredi soir par Mediabask, l'ancien président de la LDH explique que "lui même, Michel Tubiana, Jean-Noël Etcheverry et Michel Berhocoirigoin veulent enclencher le processus de désarmement de l'organisation armée, et procéder à la destruction d'un premier stock d'armes". Selon eux, c'est "cette destruction qui aurait été interrompue par l'opération de la police".

"Plusieurs arrestations"

Le 5 novembre 2016, un des derniers chefs d'ETA encore dans la clandestinité, Mikel Irastorza, a été arrêté à Ascain, près de Bayonne, puis mis en examen et écroué à Paris. Le 14 décembre, un autre militant basque espagnol d'ETA a été arrêté à Marseille. Ces deux arrestations ont également été opérées conjointement par les polices française et espagnole.