Faits divers – Justice

Orage de grêle : de gros dégâts chez les particuliers à Vendargues

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault lundi 22 août 2016 à 19:40

Grêle illustration
Grêle illustration © Maxppp -

Le violent orage de grêle de la semaine dernière dans l'Hérault n'a pas seulement causé des dégâts dans l'agriculture. De nombreux particuliers ont vu leur maison, leur véranda ou leur voiture endommagées. C'est l'heure des comptes.

Cinq jours après les intempéries qui ont traversé l'Hérault de Claret à Mauguio, on fait les comptes. On a beaucoup parlé des dommages immenses dans les vignes et les vergers. Plus de 2 000 hectares ravagés par la grêle. Mais les particuliers ont eux aussi subi des dégâts : les toitures, les jardins ou les voitures.

À Vendargues, il est tombé plus de trente centimètres de grêlons en une demi heure, il a fallu les tractopelles pour dégager les rues.

"En arrivant chez moi j'ai vu un hachis de feuilles".

Plus de 200 habitants sont déjà venus en mairie déclarer des sinistres. "En arrivant chez moi j'avais un hachis de feuilles et de grêlons de 20 centimètres, plus de feuilles sur les arbres et puis peu à peu on a constaté les dégâts, mon mari est monté dans les combles, la laine de verre était complètement recouverte d'eau. Il nous a fallu cinq heures pour tout dégager.

Malheureusement, au jour le jour, on se rend compte que les infiltrations ont eu lieu, les luminaires étaient remplis d'eau,  les plafonds cloquent. Aujourd'hui on s'est rendu compte  des impacts de grêle sur les volets roulants en alu. Je n'ai pas tapé aux portes des voisins, mais tous ont subi des dégâts qui ressemblent aux nôtres." raconte Valérie Darres, une habitante.

Valérie une habitante de Vendargues

"L'eau a ruisselé le long des murs et on a été inondé par le plafond, le bureau a l'étage a été inondé, avec des problèmes électriques et des pertes de marchandises, on a été obligé de fermer la pharmacie  pour déblayer au plus vite" explique la pharmacienne de Vendargues.

La pharmacienne de Vendargues

La mairie a aussi constaté des dégâts dans l'école : "les préaux, les toitures ont été endommagés. Heureusement que ce sont les vacances, il n'y a pas eu de soucis avec les enfants et ça nous laisse le temps de faire les travaux pour la rentrée" explique Guy Lauret, premier adjoint au maire de Vendargues.

Guy Lauret, premier adjoint au maire de Vendargues

Le maire a déposé une demande de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour les dommages qui ne seraient pas couverts par les garanties traditionnelles.

Plus de 2 000 véhicules auraient subi des dommages sur la vingtaine de communes touchées par les orages, notamment à cause des grêlons. De quoi donner beaucoup de travail aux carrossiers.

Quelles garanties pour les victimes ?

Michel Boyer, l'expert assurance de France Bleu Hérault : "La grêle fait partie des garanties "tempête" qui est obligatoire, mais tout ce qui est extérieur n'est pas couvert, comme le mobilier de jardin, or j'ai vu des grêlons qui ont traversé des chaises de jardin en plastique. Sur les voitures ce sont essentiellement des problèmes de pare-brise ou de carrosserie et là il y a une prise en charge de l'assureur, le client n'a que la franchise à payer".

"Les particuliers sont couverts par l'assurance "tempête"

"S'il y a eu des dommages dans un village, on peut estimer que le classement en catastrophe naturelle peut apporter une garantie supplémentaire pour les communes. Mais pour les particuliers, ce classement n'apporte pas grand chose. Et puis, plus il y a de classement en catastrophe naturelle, plus la franchise augmente pour les communes."

"Demander l'état de catastrophe naturelle n'est pas forcément une bonne chose"

Partager sur :