Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Orano La Hague : la question des combustibles usés étrangers fait débat

jeudi 4 octobre 2018 à 18:02 Par Pierre Coquelin, France Bleu Cotentin

Le sort des combustibles étrangers a été au cœur des débats ce jeudi lors de la commission locale d'information Orano La Hague, qui examinait son rapport d'activité 2017.

Fin 2017, 97% des déchets vitrifiés étrangers sont repartis dans leurs pays d'origine.
Fin 2017, 97% des déchets vitrifiés étrangers sont repartis dans leurs pays d'origine. © Maxppp - Stéphane Geufroi

Beaumont-Hague, France

Ils ne représentent que 0,4% des combustibles usés présents sur le site de La Hague, mais leur sort a beaucoup fait parler ce jeudi lors de l'assemblée générale de la Commission locale d'information (Cli) d'Ornano La Hague.  40 tonnes de métaux appartenant à des électriciens de plusieurs pays européens.

L'exploitant Orano l'assure : tous les déchets étrangers repartent dans leur pays d'origine.  Fin 2017, c'était le cas pour 97% des déchets vitrifiés passés par La Hague. Mais, souligne l'association Greenpeace, plusieurs cas posent problèmes. Comme certains déchets allemands, dont les délais de stockage sont largement périmés.  Même chose pour des déchets espagnols, qui devaient retourner dans leur pays en décembre 2011. Près de sept ans plus tard, ils sont toujours là, dans les halls de stockage de La Hague. Le tout contre des indemnités payées par les électriciens hispaniques.  Des indemnités dont le montant reste très mystérieux.

Sept ans de retard pour les déchets espagnols 

Greenpeace se pose des questions sur un possible entreposage. "On va continuer d'appuyer sur cette question, pourquoi pas en justice d'ailleurs. De ce qu'on peut savoir, et c'est relaté dans certains journaux espagnols, actuellement, les électriciens espagnols payent Orano pour entreposer des déchets nucléaire sur le site de La Hague, ce qui est contraire à la loi", précise Yannick Rousselet. Déjà, il y a quelques semaines, l'ONG a émis des doutes sur la légalité d'un contrat avec l'Australie et a porté l'affaire devant le tribunal de Cherbourg. 

De son côté, Orano met en avant la légalité du processus : "on respecte la loi", assure la directrice de la communication, Mélanie Charles. Pour l'Allemagne et l'Espagne, la raison de ce retard, c'est l'absence ou le manque de capacité d'entreposage.  

A l'heure actuelle, près de 10.000 tonnes de métaux lourds sont présent sur le site de La Hague.  La capacité d’entreposage dans les piscines est de 13.990 tonnes. En moyenne, entre 1.100 et 1.200 tonnes de combustibles sont traités chaque année à l'usine Orano de La Hague.