Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Orléans : la mairie porte plainte après la diffusion d'un tract appelant au sabotage des horodateurs

-
Par , , , France Bleu Orléans
Orléans, France

Ils protestent à leur manière contre le stationnement payant ! Le "Collectif citoyen d'orléanais" appelle dans un tract au "sabotage" des horodateurs à Orléans. Plusieurs machines ont déjà été dégradées, dont une encore ce mercredi. Alertée, la mairie d'Orléans a décidé de porter plainte.

Le tract a été trouvé mardi soir, rue de Bourgogne à Orléans.
Le tract a été trouvé mardi soir, rue de Bourgogne à Orléans. © Radio France - Luc Barre - France Bleu Orléans

Décidément, l'extension de la zone de stationnement payant dans le centre-ville d'Orléans ne passe pas, mais alors vraiment pas !

Mardi 1er mars, au premier jour de l'application de cette nouvelle mesure, avec 1 700 places payantes supplémentaires à l'intérieur des mails, un tract a fait son apparition. Déposé sur les pare-brises des voitures et signé d'un collectif qui se fait appeler "citoyens orleanais révoltés", il dénonce un "racket de la population" et appelle surtout les automobilistes à saboter des horodateurs.

Le tract apparait le jour-même de l'extension du stationnement payant à Orléans.
Le tract apparait le jour-même de l'extension du stationnement payant à Orléans. © Radio France - Luc Barre - France Bleu Orléans

C'est visiblement surtout dans le quartier Bourgogne que le tract a été distribué, sur les pare-brises des rares voitures qui stationnaient encore place Saint-Aignan mardi. Une place où jusque-là les véhicules étaient des dizaines, jour et nuit, mais qui était donc presque déserte mardi. Il faut dire qu'elle fait partie des désormais 2 900 places payantes dans le centre-ville d'Orléans, avec notamment les grands boulevards. Le chiffre a plus que doublé au 1er mars, puisqu'on en comptait 1 200 auparavant. Avec cette mesure, la municipalité espère éviter les "voitures-ventouses" et faire rentrer de l'argent dans les caisses.

Ecoutez les explications d'Anne Oger pour France Bleu Orléans

"Des agissements parfaitement intolérables"

Le collectif d'anonymes a donc décidé de répondre par la violence. Le sabotage a d'ailleurs déjà commencé, avec de la mousse expansive glissée dans les fentes de paiement par carte bleue. Au moins deux horodateurs ont été visés mardi place Saint-Aignan, un autre ce mercredi et trois ont été dégradés la semaine dernière dans ce même quartier. Ces agissements sont "intolérables et inacceptables" pour la Mairie d'Orléans. Par la voix de son adjoint à la sécurité, Olivier Géffroy, elle a annoncé ce mercredi qu'elle porte plainte. Et l'adjoint au maire ne mâche pas ses mots : "on est pas à Notre-Dame-des-Landes" affirme-t-il !

Olivier Géffroy, adjoint au maire d'Orléans, chargé de la sécurité.
Olivier Géffroy, adjoint au maire d'Orléans, chargé de la sécurité. © Radio France - Stéphane Barbereau - France Bleu Orléans

Ecoutez Olivier Géffroy, adjoint en charge de la sécurité à la mairie d'Orléans.

La généralisation du stationnement payant dans le centre-ville d'Orléans déchaine les foules depuis son annonce fin janvier. Deux pétitions ont été lancées sur internet (ici et ).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess