Faits divers – Justice

A Orléans, les grands immeubles inspectés pour limiter les risques d'incendie

Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans jeudi 3 août 2017 à 11:58

Les pompiers du Loiret vérifient le bon entretien des immeubles pour éviter les incendies
Les pompiers du Loiret vérifient le bon entretien des immeubles pour éviter les incendies © Maxppp - Amat Michel

Après l'incendie de la tour Grenfell à Londres qui a fait 79 morts, le 14 juin dernier, les pompiers du Loiret multiplient les contrôles dans les grands immeubles d'Orléans.

Un frigo vétuste qui prend feu dans un appartement, et en quelques minutes c'est toute la tour qui s'embrase. Le 14 juin dernier, la tour Grenfell, située dans un quartier populaire de Londres est dévastée par les flammes. Bilan : 80 morts et plusieurs dizaines de blessés. Selon les premiers éléments de l'enquête, si l'incendie s'est propagé aussi vite c'est à cause d'un isolant extérieur mal installé lors d'une rénovation en 2016, et de dispositifs anti-incendie mal entretenus.

Une réglementation très restrictive

À Orléans, les pompiers redoublent de vigilance pour éviter qu'un tel drame arrive. Pour le lieutenant-colonel Franck Maillard, chef du groupement prévention, la France a l'une des meilleures réglementations incendie au monde : "Les règles sont assez strictes, elles permettent de protéger le public. La règle la plus importante c'est la mise en place d'au moins un détecteur de fumée par appartement. L'autre point fondamental c'est d'avoir une cage d'escalier de secours dans tous les immeubles, protégée des flammes et des fumées"

Franck Maillard : "La France a la meilleure réglementation incendie au monde"

Chaque dispositif minutieusement vérifié

Contrôler le bon état des détecteurs de fumée, des escaliers de secours et des autres dispositifs anti-incendie, c'est précisément l'objet de la visite de Franck Maillard dans la tour Munster du quartier de la gare à Orléans. La grande échelle utilisée sur les interventions ne mesure que 28 mètres, alors pour les immeubles plus grands les pompiers doivent donc monter dans les étages pour intervenir.

À peine arrivé en bas de l'immeuble, un détail tape déjà dans l’œil de Franck Maillard. Un balcon est rempli de cartons et d'objets en tout genre : "Le stockage sur les balcons favorise le risque de propagation du feu d'un étage à l'autre. Le feu va inévitablement rentrer dans l'appartement, va redoubler d'intensité et incendier l'appartement du dessus."

Premier arrêt au niveau de la colonne sèche de l'immeuble : un tuyau qui monte jusqu'en haut du bâtiment et sur lequel les pompiers branchent leur lance en cas d'intervention. Elle semble en bon état mais les pompiers ont parfois quelques surprises : "Certaines fois les colonnes sont vandalisées. Des gens les bouchent avec des objets divers, on est jamais sûr qu'elles sont utilisables en cas de besoin." Alors pour éviter ce genre de dégradation certains bailleurs ferment le local de la colonne sèche à clef, mais là encore un problème se pose : "Au moment de l'intervention nous devrons défoncer la porte, et on risque de perdre du temps."

Prendre le temps de répondre aux questions des habitants

A chaque étage les pompiers prennent le temps de répondre aux interrogations des habitants. Ils en profitent aussi pour rappeler les consignes à suivre en cas d'incendie : ne jamais traverser la fumée (il vaut mieux se confiner chez soi et se mettre à la fenêtre), toujours maintenir les portes coupe-feu fermées, ne pas prendre l’ascenseur...

Chaque étage est passé au crible par l'équipe : vérification des plans d'évacuation, des extincteurs, des détecteurs de fumées... une fois arrivé tout au haut, au 17e étage, l'heure est au bilan : "Bilan plutôt positif, le bâtiment semble bien tenu. Petit bémol pour l'une des portes coupe-feu du premier étage qui était maintenue ouverte."

A l'issu de ces contrôles, les pompiers peuvent adresser leurs recommandations aux bailleurs, pour que les éventuels problèmes de sécurité soient réglés.

Le reportage France Bleu Orléans