Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Osez le féminisme s'implante en Vaucluse

-
Par , France Bleu Vaucluse

L'association "Osez le féminisme" a désormais une antenne en Vaucluse. Son principal cheval de bataille sera la lutte contre les violences faites aux femmes. Pendant ce temps-là, une pièce consacrée à ce sujet se joue au festival d'Avignon.

Osez le féminisme en Assemblée générale nationale
Osez le féminisme en Assemblée générale nationale - OLF

Département Vaucluse, France

Une nouvelle association féministe vient de voir le jour en Vaucluse et à Avignon : l'antenne locale d'Osez le féminisme. L'association va faire des violences faites aux femmes sa priorité, alors que le sujet est tristement d'actualité ces jours-ci. Depuis le début de l'année, au moins 74 femmes ont déjà perdu la vie, tuées par leur compagnon ou ex-compagnon. Deux d'entre elles sont mortes dans notre département et une autre est entre la vie et la mort. Elles ont été tuées par arme à feu, battues à mort ou aspergées d'essence.

Des moyens pour les associations

Blandine Deverlanges en est la porte-parole. Il faut selon elle modifier la loi : "nous souhaitons qu'il existe un délit spécifique, lorsqu'on tue sa compagne ou ex-compagne, parce que c'est une femme. Il faut que cela soit reconnu comme une circonstance aggravante". C'est le message qu'elle portera lors d'une manifestation prévue à Avignon le 19 juillet, place Saint-Didier. 

La porte-parole est sceptique quant à l'organisation d'un Grenelle sur les violences faites aux femmes, annoncé par le gouvernement et prévu en septembre. "Nous ne voulons pas que des mots, explique-t-elle. Nous voulons des actes et des moyens pour les associations comme le planning familial, pour les écoles. Nous voulons former tous les personnels liés à cette question, dans les commissariats, dans les mairies". 

La question des violences faites aux femmes est aussi présente, forcément, au festival d'Avignon. Dans "Je me porte bien", Rose a 22 ans lorsqu'elle rencontre Alexandre, huit de plus, son premier amour. Très vite, leur relation devient toxique. Il l'isole, la force à changer de tenue vestimentaire, se met à l'insulter, puis viennent les premiers coups. Un engrenage classique que connaît bien l'autrice, Sonia Aya, qui a longtemps travaillé avec des femmes victimes de violences conjugales. "Sans prétention aucune, j'ai gagné mon pari si les spectateurs sortent de la salle en ayant changé de regard, en ayant compris que sortir de cette violence est très difficile ". "Je me porte bien", les jours impairs, au théâtre des Amants. 

La comédienne Caroline Misbach dans "Je me porte bien" - Aucun(e)
La comédienne Caroline Misbach dans "Je me porte bien" - Sonia Aya
Choix de la station

France Bleu