Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Une trentaine de tombes vandalisées à Osséja, le maire "profondément dégoûté"

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Au moins 30 tombes ont été dégradées dans le cimetière d'Osséja (Pyrénées-Orientales). Un acte de vandalisme qui aurait été commis dans la nuit du mardi 11 au mercredi 12 février. Deux jeunes filles de 13 ans ont reconnu les faits.

 Au cimetière d'Osséja (Pyrénées-Orientales), une trentaine de tombes ont été vandalisées. Des croix ont notamment été détachées, cassées voire retournées (photo d'illustration).
Au cimetière d'Osséja (Pyrénées-Orientales), une trentaine de tombes ont été vandalisées. Des croix ont notamment été détachées, cassées voire retournées (photo d'illustration). © Maxppp - Yves Salvat

Pots de fleurs cassés, bouquets dispersés dans les allées, arbustes arrachés, plaques commémoratives dégradées, croix brisées voire retournées... À Osséja (Pyrénées-Orientales), les dégâts sont nombreux après la profanation du cimetière de cette commune de Cerdagne de 1 330 habitants, près de la frontière espagnole.

C'est une famille venue se recueillir mercredi 12 février après-midi devant une des sépultures, vandalisée comme une trentaine d'autres, qui a donné l'alerte. Des dégradations qui n'avaient pas été constatées par cette même famille, déjà présente sur place, la veille aux alentours de 18h.

Je suis profondément dégoûté (Roger Ciurana, maire d'Osséja)

Roger Ciurana, lui, n'a pas attendu longtemps pour porter plainte. Le maire de la commune se dit "écœuré" par cet acte de vandalisme, le premier de la sorte pour le cimetière osséjanais, qui compte 400 tombes. "Je suis profondément dégoûté, et franchement très en colère de voir qu'on s'attaque à un lieu sacré auquel on ne doit pas toucher, lâche l'édile. Osséja, j'y vis depuis presque 40 ans. On n'avait jamais connu ça."

Pour Roger Ciurana, "le plus grave", ce sont ces "crucifixes décollés et retournés" par le ou les auteurs des dégradations. "Paraît-il que ça pourrait ressembler à un rite satanique", se hasarde le maire. "Je pense que ce sont des adolescents qui, un soir bien arrosé avec un peu de fumette à côté, ont eu l'idée d'aller au cimetière et s'amuser. Moi, à mon époque, des choses comme ça ne se faisaient pas !"

Deux mineures ont reconnu les faits

Vendredi 14 février, l'enquête menée par la brigade de recherches de Prades a permis d'identifier les auteurs. Deux jeunes filles de 13 ans ont reconnu les faits. Les investigations se poursuivent, notamment pour continuer d'estimer les dégâts. 

Avant que les deux adolescentes ne soient passées aux aveux, le maire avait lancé "un appel à témoin" afin de tenter de savoir ce qui c'était exactement passé. Un appel également pour que les familles dont les sépultures ont été profanées se fassent connaître, et puissent porter plainte. La mairie d'Osséja est déjà en train d'organiser des démarches en ce sens, indique Roger Ciurana : "Les employées municipaux vont répertorier toutes les tombes dégradées. Ensuite, on va contacter les familles une par une, et les inviter porter plainte à la mairie, et nous aider aussi à lister ce qui manque sur les emplacements car beaucoup d'objets ont été déplacés. On a des formulaires pour cela, remis par la gendarmerie."

Et le maire d'inciter les familles à "se rendre au cimetière", rouvert depuis ce jeudi 13 février dans l'après-midi pour "constater les dégâts et tout ce qui a été chamboulé lors de cette nuit tragique".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu