Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Où sont passés les chats de l'abbaye de Saint-Michel de Frigolet ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse

Mystère à l'abbaye de Frigolet, entre Barbentane et Tarascon. Une vingtaine de chats a brusquement disparu. Ils étaient 25 à vivre librement dans les alentours depuis plusieurs années. Les bénévoles qui les nourrissaient veulent savoir ce qui s'est passé.

L'entrée de l'abbaye de Frigolet
L'entrée de l'abbaye de Frigolet © Radio France - Camille Labrousse

Tarascon, France

Qu'est-il arrivé aux chats de l'abbaye de Saint-Michel de Frigolet ? Depuis des années, ils étaient plus de 25 à vivre librement dans le parc de l'abbaye, dans la commune de Tarascon. Des bénévoles venaient les nourrir tous les jours, avec le soutien financier de l'association avignonnaise Adeo Animalis. Tous étaient opérés, pour éviter une prolifération de la colonie. 

"Ça me rend malade" - Huguette, bénévole 

Mais début juillet, une grosse vingtaine a brusquement disparu. Aucun corps n'a été retrouvé. Seul quatre chats apeurés sont toujours sur place. Les "nourrisseurs", comme ils s'appellent, sont désemparés. "On ne comprend pas, raconte Ginette, la présidente d'Adeo Animalis. Vingt chats ne peuvent pas disparaître comme ça d'un coup. On veut comprendre ce qui s'est passé."

Intervention de la police municipale

Les bénévoles n'accusent personne mais elles racontent tout de même l'hostilité de certains moines à leur égard. Plusieurs fois, ils leur ont demandé de partir mais ont toujours refusé de répondre à leurs sollicitations écrites ou à celles de la SPA. Récemment, la police municipale est également intervenue. Deux bénévoles ont reçu une amende de 68 euros. Deux jours plus tard, les agents sont revenus, les menaçant de 1.500 euros d'amende. Finalement, elles ont écopé d'un rappel à la loi. 

Les moines de l'abbaye n'ont pas souhaité, pour le moment, répondre à nos questions. De son côté, la mairie de Tarascon précise qu'il est interdit de nourrir des chats errants. Elle ajoute que leur présence pose problème au niveau sanitaire, alors qu'un restaurant a récemment ouvert à proximité. "Mais on ne les a certainement pas éradiqués", ajoute-t-elle.