Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ouragan Irma : un gendarme stéphanois de retour après trois mois à Saint-Martin

dimanche 7 janvier 2018 à 20:12 Par Fabrice Hawkins, France Bleu Saint-Étienne Loire

De septembre à décembre 2017, Michaël a renforcé le dispositif de sécurité déployé sur l’île de Saint-Martin après le passage de l’ouragan Irma. Le natif de Roanne (Loire) est gendarme réserviste à Saint-Étienne.

Michaël, gendarme réserviste à Saint-Étienne
Michaël, gendarme réserviste à Saint-Étienne © Radio France - Fabrice Hawkins

Saint-Étienne, France

Pendant trois mois, Michaël a laissé de côté son emploi de coach sportif pour revêtir son uniforme de gendarme à Saint-Martin. Ce gendarme réserviste a été choisi parmi 700 candidats pour sécuriser l’île après le passage de l’ouragan Irma, le plus puissant enregistré dans l’Atlantique nord. De retour à Saint-Étienne, Michaël revient sur cette expérience marquante.

« Les voitures n’ont plus de vitres, mais il faut bien se déplacer »

En arrivant à l’aéroport de Grand-Case Espérance à Saint-Martin, Michaël est frappé par ce qu’il voit : "la tour de contrôle est ravagée, les voitures n’ont plus de vitres, plus de feux, mais on les utilise parce qu’il faut bien se déplacer". Dans un premier temps le natif de Roanne participe à des missions d’aide aux sinistrés. Ensuite il retrouve un rôle qui lui est plus familier. "Dans un deuxième temps on a débuté les patrouilles pour assurer la sécurité publique comme on a l’habitude de le faire dans la Loire", explique le gendarme stéphanois, qui a également assuré la sécurité des funérailles de Johnny Hallyday à Saint-Barthélemy.

« Pendant un mois on s’est lavé avec des bouteilles d’eau »

Les conditions sur l’île sont très difficiles. "Quand on est arrivés, tout était détruit, il n’y avait pas d’électricité. Pendant un mois on s’est lavés avec des bouteilles d’eau", confie le gendarme. Originaire de Saint-Martin, Michaël a rencontré moins de difficultés que ses collègues dans l’exercice de ses missions. Sa maîtrise du créole a été un atout. Il a par ailleurs pu compter sur le réconfort de sa famille. "À Noël, contrairement aux autres gendarmes, je n’étais pas seul. Cette expérience m’a aussi permis de me rapprocher de ma famille".