Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Outrage à magistrat : Henri Guaino condamné à 2.000 euros d'amende en appel

jeudi 22 octobre 2015 à 14:48 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Henri Guaino a été condamné ce jeudi en appel à 2.000 euros d'amende. Le député des Yvelines était accusé d'avoir outragé un juge d'instruction.

Henri Guaino à l'Assemblée nationale.
Henri Guaino à l'Assemblée nationale. © Maxppp

Condamnation confirmée en appel pour Henri Guaino. L'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Elysée et député des Yvelines devra donc payer une amende de 2.000 euros pour outrage à l'encontre d'un juge. En l'occurrence Jean-Michel Gentil, qui avait décidé de mettre l'ancien chef de l'Etat en examen dans le cadre de l'affaire Bettencourt, en mars 2013. Henri Guaino avait alors multiplié les attaques contre le magistrat, dans les médias.

Henri Guaino a en outre été condamné à verser 3.000 euros de dommages et intérêts à Jean-Michel Gentil et la même somme au titre des frais de justice. Il a en revanche été relaxé du chef de discrédit jeté sur une décision de justice. Il avait notamment accusé le magistrat d'avoir "déshonoré la justice".

Pourvoi en cassation

Le 27 novembre 2014, le tribunal correctionnel de Paris avait relaxé le député Les Républicains des Yvelines, mais le parquet de Paris avait fait appel. Henri Guaino va désormais se pourvoir en cassation, a annoncé son avocat. "Nous savons maintenant que la République et la démocratie sont otages du corporatisme judiciaire et du syndicalisme judiciaire", a de son côté réagi l'intéressé, présent au délibéré.