Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le maire de Valence propose de priver de droit de vote les auteurs d'outrage ou de violence contre les élus

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Le maire de Valence, Nicolas Daragon, a co-signé une tribune dans Figarovox pour demander la déchéance de droits civiques envers les auteurs coupables d'outrage ou de violence à l'égard d'un élu.

Le maire de Valence, Nicolas Daragon, appelle à une réponse ferme contre les auteurs de violences et d'outrage envers les élus.
Le maire de Valence, Nicolas Daragon, appelle à une réponse ferme contre les auteurs de violences et d'outrage envers les élus. © Radio France - Jean-Christophe Rampal

"Les auteurs de ces menaces sont des lâches par principe", réagit Nicolas Daragon, maire (LR) de Valence dans la Drôme. Il co-signe une tribune dans Figarovox pour demander la déchéance de droits civiques pour les personnes coupables d'outrage ou de violence envers des élus. Une mesure "symbolique" pour l'édile drômois qui dénonce une augmentation des actes violents. 

Une justice peu dissuasive ? 

En décembre, le conseil municipal de Valence a voté la suppression controversée de certaines aides municipales pour les familles dont l'un des membres est condamné pour trouble à l'ordre public. Depuis, Nicolas Daragon, a été pris pour cible. Récemment, des tags inscrits sur les murs du quartier Valensolles faisaient référence au double assassinat de Drôme et d'Ardèche : "Daragon, on va te faire comme Pôle Emploi"

C'est l'une des raisons qui poussent Nicolas Daragon à co-signer une tribune avec trois autres maires. Ils appellent les parlementaires à "amender l'article 18 du projet de loi confortant le respect des principes de la République pour déchoir de ses droits civiques toute personne se rendant coupable d'outrage ou de violence à l'égard d'un élu"

"Lorsqu'on agresse un représentant de la République, il est assez naturel que pendant un temps donné on soit privé du droit de voter ou de se présenter à une élection" - Nicolas Daragon, maire de Valence

Le maire de Valence dénonce le manque de réponses judiciaires : "Je sais que la justice est sensibilisée mais très franchement, on a l'impression que les auteurs ne sont pas assez condamnés. En tout cas, les peines ne sont pas dissuasives". Nicolas Daragon veut donc monter d'un cran : "Lorsqu'on agresse un représentant de la République, il est assez naturel que pendant un temps donné on soit privé du droit de voter ou de se présenter à une élection".

"Ce ne sont pas des personnes physiques qui sont agressées, commente le maire de Valence. Ce sont des institutions qui sont agressées au travers des menaces et des agressions que nous recevons." Par ce "nous", Nicolas Daragon englobe les élus victimes d'outrage et de violences. Dernier exemple en date : le maire de Bron dans la région lyonnaise, pris violemment à partie dans la soirée de mercredi à jeudi. Jérémie Bréaud fait d'ailleurs partie des co-signataires de la tribune. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess