Faits divers – Justice

Ouverture du procès de Corey Sabattier, le Mesrine de Fontbarlettes

Par Nathalie De Keyzer et Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche lundi 3 février 2014 à 5:40

La grande salle d'audience du palais de Justice de Valence.
La grande salle d'audience du palais de Justice de Valence. © Stéphane Milhomme - Radio France

"Gachette facile" ou le Mesrine de Fontbarlettes. Ces surnoms sont ceux de Corey Sabattier l'un des plus gros voyou de Valence. Il comparaît dès ce lundi matin devant les assises de la Drôme avec six complices, accusé d'une série de braquages et de car jacking dans la Drôme en 2010. Mais pendant six jours, Sabattier devra aussi répondre de tentative de meurtre sur un gendarme du Teil en Ardèche.

En réalité ce sont huit mois d'une cavale ultra violente entre Drôme Ardèche et Vaucluse que les jurés ont à juger cette semaine. Corey Sabattier a commencé tôt sa carrière de voyou. A 18 ans, il braquait une boulangerie de Bourg lès Valence puis vols à main armée et agressions s'enchainent. En 2010, il s'évade de la prison de Privas. Sa cavale violente commence. Il déleste un conducteur de son audi RS 4. On le retrouve le 29 juin à bord d'une autre voiture volée. Sabattier ouvre le feu sur un homme dans le quartier de Fontbarlette à Valence.

Il écrase un gendarme en Ardèche

Quelques heures plus tard, cette voiture force un barrage au Teil en Ardèche. Il est passager mais crie au conducteur "roule, roule ! " Un gendarme se fait écraser la jambe. Ses collègues ouvrent le feu. Le conducteur est blessé. On retrouve Sabattier et ses complices à Montélimar. Ils prennent en otage une dame âgée car ils attendent son infirmière pour soigner le blessé.

Les mois suivants, pour financer sa cavale, le Valentinois braque une étude d'huissier à Valence, un tabac à Bourg lès Valence puis commet 2 braquages dans le Vaucluse. La cavale prend fin le 7 janvier à Troyes apràs l'attaque  sanglante d'une bijouterie. Pour ce vol, il purge déjà 18 ans de prison ; pour la cavale violente en Drôme Ardèche il encourt 30 ans de réclusion.

Des mesures de sécurité "hors norme"

Et compte tenu de la dangerosité du personnage et de sa capacité à s'evader -il l'a déjà fait deux fois-  un dispositif "hors norme" de sécurité est mis en place au palais de Justice de Valence toute la semaine avec une vingtaine de super policiers et super gendarmes. Pour escorter et surveiller Corey Sabattier et ses six co-accusés.