Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : le confinement sera prolongé au-delà du 15 avril, Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir

Ouvrier tué sur un chantier à Mulsanne : la colère d'une mère

-
Par , France Bleu Maine

La famille de Pierre Monnin, le jeune ouvrier mortellement fauché sur un chantier à Mulsanne en 2013 va devoir encore patienter. Le jugement qui devait être rendu ce lundi ne le sera que le 12 novembre prochain. La mère du jeune homme dit sa colère et son incompréhension face à ce nouveau report.

Le procès s'était tenu le 10 septembre 2018 au Mans
Le procès s'était tenu le 10 septembre 2018 au Mans © Radio France - Bertrand Hochet

Attendre encore. Le procès lui-même avait déjà été reporté à quatre reprises. Cette fois, c'est la décision, suite à l'audience du 10 septembre 2018, qui n'est pas rendue dans le délai initialement fixé. La justice devait prononcer sa peine ce lundi, dans cette affaire d'accident du travail mortel à Mulsanne en 2013. Ce sera finalement le 12 novembre prochain. "Le tribunal proroge son délibéré", a simplement indiqué le président au début de l'audience devant le tribunal correctionnel du Mans.

"On nous mène en bateau !"

A la sortie de la salle d'audience, la colère se lit sur le visage de la famille et des proches du jeune homme. Un policier doit même intervenir pour leur demander de parler moins fort. Les douze personnes qui viennent d'entendre cette unique phrase dans la bouche du juge font bloc autour d'Evelyne, la maman. En larmes, elle décrit son incompréhension : "on nous mène en bateau! On a l'impression que le dossier est sur le coin d'un bureau et qu'il n'a pas d'importance". La Sarthoise, désespérée est à bout : "c'est encore une déception. On n'en finira jamais !"

"Je suis complètement perdue !"

De reports en reports, cette affaire traîne depuis cinq ans. L'attente devient insupportable, confie Evelyne Huet, la mère de Pierre Monnin. Sa famille, dit-il elle, attend le jugement pour commencer à faire réellement son deuil : "nous avons besoin de savoir. A l'audience, personne n'a assumé. Mon fils n'est plus là pour dire quoi que ce soit. C'est à la justice de le faire. Je suis complètement perdue". Pris à parti par la mère de la victime, l'avocat de la famille a bien du mal à apaiser les esprits. Lui non plus n'a pas d'explication à donner sur ce report. Il rappelle simplement que la justice a tout à fait le droit de prendre son temps.

Un dramatique accident du travail

Le drame remonte à l'année 2013. Ce jour là, Pierre Monin, un jeune intérimaire de 21 ans, travaillait pour l'entreprise HRC (Heulin Routes et Canalisations) sur le chantier d'un lotissement de Mulsanne, près du Mans, lorsqu'il a été fauché par un engin. Trois personnes ont comparu : l'ancien patron de l'ouvrier fautif, le coordinateur des travaux et l'ancien conducteur de travaux de la société HRC. Tous ont tenté d'écarter leur responsabilités. Le Procureur a requis des peines allant de deux ans à six  mois de prison avec sursis. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu