Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pacé : Une centaine de manifestants devant le Cora contre l'ouverture le dimanche

samedi 22 septembre 2018 à 13:30 Par Maxime Bossonney, France Bleu Armorique

Une centaine de personnes s'est rassemblées ce samedi 21 septembre en fin de matinée devant le magasin Cora de Pacé, près de Rennes. Elles manifestaient contre le projet d'ouvrir l'enseigne le dimanche à partir du 21 octobre. La direction en a informé les 230 salariés en début du mois.

Les manifestants ont déambulé dans les allées du supermarché Cora de Pacé
Les manifestants ont déambulé dans les allées du supermarché Cora de Pacé © Radio France - Maxime Bossonney

Pacé, France

Drapeau, mégaphone et pancartes en main, une centaine de manifestants s'est massés ce samedi 22 septembre devant l’entrée du Cora de Pacé près de Rennes. Avec leur slogan "Le dimanche en famille !", les salariés interpellent les dans les rayons ceux qui font leurs courses. "On n’est pas dans une zone touristique, c’est inadmissible d’ouvrir le dimanche" estime cette cliente qui soutient le mouvement.

Les salariés interpellent les clients sur la future ouverture dominicale de leur magasin - Radio France
Les salariés interpellent les clients sur la future ouverture dominicale de leur magasin © Radio France - Maxime Bossonney

L'arrêté préfectoral interdisant l'ouverture dominicale en Ille-et-Vilaine a été annulé en avril dernier par le tribunal administratif de Rennes. Salariés, syndicats et élus se mobilisent pour éviter que d'autres supermarchés ouvrent le dimanche.

Une mesure incompatible avec la vie de famille

"Touche pas à mon dimanche !", "le travail c’est la santé, le dimanche c’est la conserver" peut-on lire sur les pancartes du cortège, qui déambule dans la galerie marchande. Avec son gilet "A votre service", Céline, caissière, ne peut pas se rendre disponible le week-end : "Je suis mère célibataire, le dimanche je n'ai que ça avec mes enfants !", dit-elle exaspérée.

Même constat pour Arnaud, qui fait de la mise en rayon. "Je travaille déjà sur lundi au samedi avec une journée de repos dans la semaine, le dimanche, c’est le seul moment où je peux être avec ma femme et ma fille."
Et les commerçants de la zone commerciale soutiennent la démarche. Laurence, employée d’une pharmacie, à peur d’un effet boomerang : "Ça commence par Cora, mais il y aura des répercussions sur nous » explique-t-elle. « On nous enlève nos privilèges !"

Toute la zone commerciale s'est retrouvée bloquée - Radio France
Toute la zone commerciale s'est retrouvée bloquée © Radio France - Maxime Bossonney

Revenir à l'ancien arrêté préfectoral

Les manifestants décident alors d’arrêter les voitures et de bloquer le parking. Ils interpellent les automobilistes pour faire signer une pétition. Un immense embouteillage se créer, et ce sont les manifestants eux-mêmes qui font la circulation. Une action coup de poing pour faire reculer la préfecture. Cyrille Lechevestrier, délégué syndical, souhaite "rétablir l’arrêté interdisant le travail dominical". Il brandit également le couperet de la démission : "On nous oblige à venir travailler, nous ne sommes pas volontaires." souligne-t-il. "Un dimanche par mois à effectuer, pour 8 euros mensuels, ça ne vaut pas le coup, autant s'arrêter. "
Une autre action de ce genre est d’ores et déjà prévue la semaine prochaine.

Une nouvelle action est prévue la semaine prochaine - Radio France
Une nouvelle action est prévue la semaine prochaine © Radio France - Maxime Bossonney