Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jugement ce vendredi dans l'affaire du pansement retrouvé dans un pain

-
Par , France Bleu Vaucluse

Le tribunal de grande instance d'Avignon rend ce vendredi sa décision dans l'affaire opposant le couple Lafferrière à la chaîne de boulangerie Marie Blachère. Les habitants de Saint-Didier ont trouvé un pansement dans un pain qu'ils auraient acheté dans un commerce de l'enseigne.

Pain aux céréales (illustration)
Pain aux céréales (illustration) © Maxppp -

Avignon, France

La justice d'Avignon rendra sa décision ce vendredi dans cette affaire au goût de pain brûlé. Il y a un peu plus de deux ans maintenant, Francis et Christine Lafferrière, deux habitants de Saint-Didier (Vaucluse) ont attaqué la société Marie Blachère. Le couple a découvert un pansement dans un pain aux céréales qu'ils auraient acheté dans l'un des commerces de la célèbre chaîne de boulangerie avignonnaise.

10.000 euros de dommages-intérêts chacun demandés

Au titre du préjudice d'effroi, l'avocat des plaignants, Me Aurélien Knoepfli, réclame 10.000 euros de dommages-intérêts pour Francis et 10.000 euros également pour Christine Lafferrière, expliquant que le gros pansement découvert dans la miche de pain aux céréales a même conduit l'épouse à se mettre en arrêt maladie à cause de maux de ventre. Même si des tests ont prouvé par la suite que les Laferrière ne couraient aucun risque sanitaire.

Réclamer une telle somme, est-ce vraiment justifié ? 

Clairement, non, pour la défense. D'ailleurs, Marie Blachère nie. D'après l'enseigne, la boulangerie n'a pas vendu ce pain au couple. Aucun ticket de caisse ne prouve la vente. Les Lafferrière ont en revanche fait constater le pain au pansement et leur emballage siglé "Marie Blachère" par un huissier.

L'unique preuve produite par les habitants du Vaucluse reliant ce pain à la boulangerie est insuffisante pour la défense qui réclame, elle aussi, 5.000 euros de dommages-intérêts pour le préjudice subi par Marie Blachère dans cette affaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu