Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Palaiseau : quatorze jeunes en garde à vue après une bagarre à coups de marteaux, couteaux et hachoirs

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Quatorze jeunes dont deux majeurs sont en garde à vue ce mercredi. Ils ont été interpellés mardi dans l'Essonne après une violente bagarre devant un lycée de Palaiseau. Un surveillant et un lycéen ont été blessés à coups de batte de baseball. Il s'agirait d'un problème de rivalités entre bandes.

Police
Police © Maxppp - Alexis Sciard

Douze jeunes mineurs et deux majeurs sont en garde à vue ce mercredi. Ils ont été interpellés mardi après s'être battus devant un lycée à Palaiseau (Essonne). 

En fin d'après-midi, mardi, un groupe de jeunes est arrivé devant le lycée Poincaré. Les jeunes ont alors agressé un élève, indique une source policière.

Au cours de cette bagarre, un lycéen et un surveillant ont été blessés par des coups de batte de baseball.

Une bagarre très violente

L'élève frappé à coups de batte de baseball a reçu un coup sur le crâne et il a dû avoir des points de suture, explique le parquet d'Evry. 

Dans sa fuite, le groupe a abandonné ses armes. Il y avait des marteaux, des couteaux et des hachoirs, a précisé le parquet.  

Encore un problème de rivalités entre bandes

Ces jeunes seraient "venus en renfort" sur une bagarre dans le cadre de rivalités entre bandes. Un problème récurrent en Essonne. Au cours de l'audience de rentrée du tribunal d'Evry lundi, la procureure Caroline Nisand avait tiré la sonnette d'alarme. 

Elle s'était inquiétée de "la prégnance des affrontements entre bandes", successions "de revanches, de représailles", et qui sont "quasiment quotidiens" dans le département, selon la source policière.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess