Faits divers – Justice

Papy Marcel tente de se défendre

Par Eric Turpin et Monique Derrien, France Bleu Champagne-Ardenne mercredi 26 mars 2014 à 18:00

La famille et les avocats de Nicole El Dib
La famille et les avocats de Nicole El Dib © Monique Derrien - Radio France

Le procès du détenu le plus âgé de France, 93 ans, s'est ouvert mercredi devant les assises de la Marne à Reims. Marcel Guillot, que l'on surnomme Papy Marcel est accusé du meurtre de Nicole El Dib, une retraité de 82 ans dont il était amoureux. Lors du premier jour de son procès, il a a tenté de se défendre.

Des coups au visage, sur la tête sur les bras, des échymoses des plaies des fractures jusqu'à la strangulation finale. Avec l'audtion des experts en medecine légale et police scientifique, la cour tente de reconsstituer  le scénario de cette mise à mort sauvage.

L'agonie de Nicole El Dib a sans doute été trés longue, depuis sa chambre où Marcel Guillot l'a sruprise dans son sommeil jusqu'au ruisseau du parc ou son coprs a été retrouvé.

L'avocat de la famille de Nicole El Dib, Jean-Marie Job, parle d'un véritable supplice pour la victime.

"Je suis convaincu que le supplice a duré de très très longues minutes" - Me Jean-Marie Job, avocat de la famille de la victime

"Quand je suis arrivé, elle s'est réveillée. Elle est tombée"

L'accusé a l'air absent le regard vague. En fait, il n'a rien manqué des débats. Pris d'une énergie soudaine, il se lève et il se rapproche tout près du président de la cour. "Je veux  parler je veux qu'ils sachent la vérité", explique t-il. "Quand je suis arrivé, elle s'et révéillée et elle est tombée".

Un peu plus tard  pour expliquer les traces  de sang  dans sa voiture identifées par l'ADN, il se justifie maladroitement " Je voulais l'enterrer avec ma femme. J'aurais mis son urne à côté de Nicole, mais je n'ai pas pu la mettre dans le coffre .

Tout plutôt que d'admettre l'horreur des faits. L'avocat de Marcel Guillot, Me Jean-François Delmas, explique que la perception de son client n'est pas la même que celle de la justice. 

"Il n'assume pas complètement" - Me Jean François Delmas, l'avocat de Papy Marcel

"C'est trés difficile" dira l'un des fils de Marcel Guillot, pendant cette première journée de procès : "C'était le meilleur des pères, trés calme, discret. Je n'ai pas pris beucoup de fessées de sa part". Son frère n'a pas pu assister au procès. Il est anéanti par une depression gravissime depuis qu'il sait que son père est sans doute un meurtrier. 

 

Nicole El Dib - Maxppp
Nicole El Dib © Maxppp