Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Par manque de surveillants, la maison d'arrêt de Niort fait appel à un infirmier pour garder la porte d'entrée

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

La maison d'arrêt de Niort (Deux-Sèvres) a fait appel à l'infirmier de la prison pour tenir la porte d'entrée principale ce dimanche selon le syndicat FO Pénitentiaire, qui dénonce "une situation sans précédent".

La maison d'arrêt de Niort lors du mouvement de grève des gardiens de prison.
La maison d'arrêt de Niort lors du mouvement de grève des gardiens de prison. © Maxppp - Benoît Felace

Niort, France

Confrontée à un manque de gardiens ce dimanche 7 juillet, la maison d'arrêt de Niort (Deux-Sèvres) a fait appel à l'infirmier de la prison pour tenir la porte d'entrée principale, selon FO Pénitentiaire.

"C'est du grand n'importe quoi !" (FO Pénitentiaire en Nouvelle-Aquitaine) 

"Par cette chaude après-midi de juillet, deux des quatre agents de la maison d'arrêt de Niort manquent à l'appel car ils sont au bout du rouleau", explique dans un communiqué le syndicat majoritaire de l'administration pénitentiaire. "Et pour faire sortir les détenus en promenade, l'infirmier de la prison s'est vu demander de tenir l'entrée principale !".

FO Pénitentiaire déplore une "situation cocasse, calamiteuse, édifiante"

Secrétaire interrégionale FO Pénitentiaire en Nouvelle-Aquitaine, Emmanuel Giraud rappelle que les situations de sous-effectifs "relèvent malheureusement du quotidien des surveillants mais de là à avoir un infirmier qui tient une porte d'entrée d'un établissement pénitentiaire, c'est du jamais-vu".

"C'est encore la sécurité d'un établissement qui est mise en péril"

Quatre gardiens pour surveiller plus de 80 détenus dans une prison qui compte 60 places  

Dimanche après-midi, seuls quatre agents se trouvaient à la maison d'arrêt de Niort, affirme Emmanuel Giraud. Le chef de l'établissement est revenu pour pallier le manque d'effectifs mais cela restait insuffisant "le temps de la mise en place des promenades, d'où l'appel à un infirmier". 

En janvier 2018, les surveillants de la maison d'arrêt de Niort avaient suivi le mouvement national de grève dans l'administration pénitentiaire, réclamant davantage de moyens humains notamment.

"Quand on arrive à ce niveau de bêtise, on peut dire que la situation est devenue catastrophique"

Alors que la maison d'arrêt de Niort connaît actuellement des travaux de rénovation, FO Pénitentiaire estime qu'il faut "limiter le nombre de personnes incarcérées dans l'établissement pour que l'on puisse continuer à fonctionner". 

"On nous annonce des coupures d'eau dans les prochains jours alors que nous sommes en pleine période de canicule"

Le syndicat demande que "soient effectués des transferts conséquents et proportionnels" de détenus et de surveillants le temps des travaux. Contactée par France Bleu Poitou, la direction de la maison d'arrêt de Niort n'a pas souhaité faire de commentaire.