Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Parçay-Meslay : les gilets jaunes pas convaincus par les annonces du gouvernement

mardi 4 décembre 2018 à 17:30 Par Théophile Pedrola, France Bleu Touraine

Installés sur le rond-point de l'Avion, les gilets jaunes de Parçay-Meslay ne sont pas du tout satisfaits des annonces d'Edouard Philippe. Certains évoquent une "mauvaise tactique" de la part du gouvernement.

Les gilets jaunes de Parçay-Meslay se disent très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
Les gilets jaunes de Parçay-Meslay se disent très déçus par les annonces d'Edouard Philippe © Maxppp - R.Brunet/La Montagne/Maxppp

Parçay-Meslay, France

Ils sont une trentaine, installés sur le rond-point de l'Avion, à Parçay-Meslay. Depuis le début du mouvements des gilets jaunes, ils ont installé leur campement, avec tente, provisions et feu de camp. Entre les drapeaux français, la solidarité s'organise. Les automobilistes sont nombreux à s'arrêter, pour discuter, ou pour donner un paquet de cigarettes en guise de soutien. 

Le discours d'Edouard Philippe, censé les calmer, n'a eu aucun effet, sinon les énerver encore plus. Jason est chauffeur poids-lourds en intérim. Pour lui, "ces annonces ne vont calmer personne. _C'est juste un stratagème, ou une mauvaise stratégie_. On va faire quoi dans six mois ? On sera démobilisé ? On ne pourra plus recommencer un mouvement comme celui-là ? Non, ce mouvement il est solide, et le gouvernement le craint." 

On va rester là, on continue"

La crainte du gouvernement, ce sont des mots qui reviennent aussi dans la bouche de Christelle, adjointe administrative : "C'est du stand-by pour nous calmer, mais les gens ne seront pas plus riches dans six mois. C'est juste un gel, pas un arrêt des taxes. En fait, _c'est reculer pour mieux sauter_. "

Si personne n'est satisfait, Philippe, agent de service hospitalier estime au moins que "c'est la bonne voie. Mais ça ne va rien arranger. Nous en tout cas on va rester là." 

Le campement sur le rond-point est prévu pour l'instant pour durer jusqu'au 16 décembre, mais une prolongation n'est pas à exclure.