Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Paris : le manifestant, frappé au sol par un policier, sera jugé pour violences sur les forces de l'ordre

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'homme, frappé au sol par un policier lors de la mobilisation des gilets jaunes samedi dernier, a été placé sous contrôle judiciaire. Il sera jugé en février prochain pour des violences sur les forces de l'ordre. Ses avocats vont également porter plainte.

Le manifestant, frappé par un policier samedi dernier, sera jugé pour violences sur les forces de l'ordre.
Le manifestant, frappé par un policier samedi dernier, sera jugé pour violences sur les forces de l'ordre. © AFP - HANDOUT / AFP

La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. On y voit un manifestant, au sol, en train d'être frappé à la tête par un policier. C'était samedi dernier, en marge d'une mobilisation des gilets jaunes. Si deux enquêtes ont été ouvertes, notamment par l'IGPN, le manifestant sera lui devant les juges en février prochain.

L'homme est poursuivi par plusieurs policiers pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique", "rébellion" ou encore "participation à un attroupement en vue de commettre des violences". Après 48 heures de garde à vue, il a été placé sous contrôle judiciaire, avec interdiction de se rendre à Paris.

Selon plusieurs sources, contactées par nos confrères de franceinfo, le jeune manifestant s'en est bien pris violemment aux forces de l'ordre, avant l'interpellation filmée. Et d'après le syndicat de police Alliance, l'homme a craché du sang au visage d'un policier, en lui disant qu'il avait le sida. C'est ce fonctionnaire qui lui a ensuite asséné plusieurs coups.

Le manifestant conteste les faits 

Selon ses avocats, le jeune homme conteste les faits qui lui sont reprochés. "Nous espérons qu'une enquête objective va être menée, souligne Alice Becker, l'une de ses avocates au micro de franceinfo. Les syndicats se sont largement exprimés devant les médias afin de dévoiler des éléments qui sont couverts par le secret, nous n'avons pas envie de répondre à ces allégations."

Il est blessé et son seul souhait est de retrouver sa famille et un peu de sérénité après la violence de son interpellation. - Alice Becker, avocate du manifestant

Christophe Castaner s'est exprimé ce lundi et évoque "des images qui sont choquantes". Le ministre de l'Intérieur souligne qu'"il faut que la vérité soit faite sur cet acte [...]. S'il y a une faute, elle sera sanctionnée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu